Merci de votre don !

Le don de l’Association Revivre de 5300 euros à la ville de Deir Ezzor en Syrie a permis d’approvisionner gratuitement en pain les réfugiés de la région. Ces réfugiés vivent dans des écoles, des maisons abandonnées, sous les ponts, dans la nature…La somme va aider à faire fonctionner un four qui permet d’assurer le pain à environ 600 familles par jour pendant 2 mois. Elle a essentiellement destinée à payer la main d’œuvre (deux boulangers), le fioul, le transport, et d’autres détails nécessaires. La farine est fournie par des donateurs et le reste de la main d’œuvre est surtout composé de bénévoles.Comme nous le savons tous les besoins de la population sont malheureusement de plus en plus importants et de nécessité vitale : continuons notre mobilisation.

bénévol à visage couvert

Les trois naufragés de Tadmor

Benjamin Barthe
© Le Monde, publié le 12 janvier 2012
Abbas Abbas*, 59 ans, arrêté en 1987, relâché 14 ans plus tard./ Haytham Na’al, 60 ans, arrêté en 1975, relâché 28 ans plus tard. / Salameh Kaileh, 56 ans, arrêté en 1992, relâché 8 ans plus tard.Les Trois naufragé de TadmorPour les férus de ruines antiques, le nom de Tadmor est synonyme d’enchantement. Il évoque le dédale de temples et de colonnades qui surgissent des sables du désert syrien, à 200 km au nord-est de Damas, dans l’écrin de palmiers et de grenadiers dont la reine Zénobie avait fait la capitale de son éphémère empire, au IIIe siècle de notre ère.
Mais, pour les opposants syriens, Tadmor, appelée aussi Palmyre, est l’autre nom de l’épouvante. En marge de l’oasis, un bagne a poussé. Construit sous le mandat français, dans les années 1920, il fut pour le président Hafez Al-Assad – le père de l’actuel chef de l’Etat syrien, Bachar Al-Assad -, ce que Tazmamart fut pour le roi Hassan II du Maroc : un cul-de-basse-fosse, un abîme de secret et de bestialité, oublié de Dieu et surtout des hommes. Après l’avoir fermé au début des années 2000, pour cause de vétusté, les autorités syriennes l’ont rouvert durant l’été 2011, pour absorber le flot de manifestants faits prisonniers lors de la répression du soulèvement anti-Assad.

Passée inaperçue en France, la remise en service de Tadmor n’a pas échappé à Haytham Na’al, Salameh Kaileh et Abbas Abbas. Agés de 56 à 60 ans, ces trois opposants à la dictature en place à Damas sont des pensionnaires de Revivre, une petite association française créée en 2004, pour venir en aide aux ex-prisonniers d’opinion syriens. Fondée par Françoise de Morzière, alors chargée du dossier syrien à Amnesty International, elle permet d’offrir un traitement médical aux détenus les plus abîmés, soit en Syrie, soit en France. Dans ce cas, le réseau de relations de Revivre aide à octroyer aux protégés de l’association un logis et un titre de séjour, voire un statut de réfugié politique en France.

En sept années, une quinzaine de rescapés des geôles baasistes ont bénéficié de ce programme, dont Haytham, Salameh et Abbas, tous les trois passés par Tadmor et qui vivent aujourd’hui entre Paris et la Syrie. Bien qu’ils soient sortis de prison au début des années 2000, dans le cadre du « printemps de Damas » , la parenthèse réformatrice ouverte et refermée par Bachar Al-Assad à l’orée de son mandat, leur parcours en dit long sur l’horreur carcérale syrienne, sur son esprit et ses méthodes, perpétués de père en fils.

Le système qui a garanti depuis quarante ans l’hégémonie du Baas sera pour eux celui qui précipitera la chute de ce parti honni, au pouvoir depuis bientôt cinquante ans. « Un régime aussi assassin, ça ne peut pas continuer » , tranche Haytham Na’al, qui a passé vingt-huit années de sa vie dans les cachots syriens. Il est aujourd’hui logé dans un foyer Sonacotra du nord de Paris.

Les trois hommes s’initient à la politique dans la première vague de contestation de la dictature Assad, qui prend son essor en 1976-1977. Des ouvriers aux médecins, toute une société se réveille pour réclamer davantage de liberté. Le mouvement sera détourné par les Frères musulmans, dont l’insurrection armée fournira au régime le prétexte pour passer à l’action et annihiler toute vie politique pour les vingt années suivantes.

Mais, avant la répression, symbolisée par le massacre d’Hama en 1982 (de 20 000 à 40 000 morts selon les sources), l’extrême gauche syrienne a quelques mois pour rêver au » grand soir « . L’un des principaux artisans de la mobilisation est le Parti d’action communiste (PAC), une petite formation léniniste, en rupture avec le Parti communiste, membre de la coalition au pouvoir, qui recrute sur les campus étudiants. Âgés d’une vingtaine d’années, idéalistes et généreux, Haytham, Abbas et Salameh évoluent dans son orbite.

Il rêvait de partir étudier le cinéma à l’université Paris-Vincennes : Haytham est le premier à être arrêté, en 1978, à 22 ans. Abbas suit en 1987 ; puis Salameh en 1992. Ces deux-là tombent dans les filets de la branche Palestine (Fara’ Falestin) des renseignements militaires, l’un des services de sécurité les plus redoutés de l’autocratie syrienne. Initialement conçu pour surveiller les réfugiés palestiniens installés autour de Damas, ce simple département s’est transformé en pieuvre sécuritaire sous l’effet conjugué de la logique paranoïaque du régime et de la mise en concurrence de ses policiers.

Le parcours est ensuite » balisé » : interrogatoire, torture, signature d’une pseudo-confession et, en fonction de la » dangerosité » attribuée au détenu, envoi dans l’une des geôles du régime. Tadmor est réservée aux ennemis jurés : les Frères musulmans, les baasistes pro-irakiens, les soldats renégats et les cadres des partis de gauche, ou du moins ceux perçus comme tels.

Niché dans une cuvette au milieu d’une étendue rocailleuse, composé de bâtiments-dortoirs d’un étage espacés de cours, soumis à un climat glacial l’hiver et caniculaire l’été, l’établissement ressemble à un bout du monde, un terminus de la civilisation, comme l’a raconté l’ancien prisonnier Moustafa Khalifé, dans un récit suffocant, La Coquille (Actes Sud, 2007). « Dès que tu entres, on te rase la tête, dit Salameh, qui a croupi huit ans en prison et travaille comme journaliste à Damas, lorsqu’il ne suit pas un traitement contre le cancer à l’hôpital Paul-Brousse de Villejuif. Tu dois garder les yeux baissés en permanence. Tu dors à même le sol avec une pauvre couverture miteuse. Tu manges une bouffe infecte. Tu restes des mois sans te laver correctement. Tu te fais tabasser pour un oui ou pour un non. Tu n’es plus une personne, tu es une chose ».

Dans chaque cellule, de 50 à 100 mètres carrés, avec des murs surmontés de petits barreaux pour laisser passer la lumière, plus d’une centaine de détenus peuvent s’entasser. Il n’y a pas de télévision, pas de livre, pas de crayon et pas de papier, pas de visites, pas de médecin et bien sûr pas d’avocat. La seule » distraction » autorisée est la lecture de Tishrin, l’un des quotidiens du régime, parfaitement indigeste.

Parfois, les détenus enchaînent douze heures en position allongée et douze heures en position assise, sans discontinuer, pendant des semaines. Le moindre écart est signalé par le garde posté sur le toit, qui surveille la cellule au moyen d’une lucarne aménagée dans le plafond. Le contrevenant est aussitôt frappé à coups de gourdin, de câble électrique ou même de courroie de ventilateur de blindés. « De mon temps – dans les années 1990 – , la situation s’était un peu améliorée. On avait la place de dormir sur le dos. Mais, dans les années 1980, les détenus étaient tellement nombreux qu’ils devaient dormir sur le côté, l’un contre l’autre » , dit Salameh.

La grande affaire de la journée est la récupération dans la cour de la prison de la bassine en plastique remplie de rata. Un bouillon de légumes où surnage une couche de graisse ou de sauce tomate. Pour acheminer cette pauvre pitance jusqu’à leur cellule, les détenus disposent de deux minutes. Réservée aux plus vaillants, l’opération est qualifiée de « kamikaze ». Ceux qui traînent en route se font bastonner par les gardiens. Certains y laissent leur vie.
Et c’est cela, en définitive, la marque de Tadmor : le spectre, omniprésent, de la mise à mort. Car, outre le tabassage, le répertoire des matons comprend de nombreux supplices. Le plus célèbre est le « doulab » (pneu) : recroquevillé dans un pneu d’automobile, le prisonnier reçoit une volée de coups qui lui arrachent la chair des membres. La « chaise allemande » est très pratiquée aussi : la victime est attachée sur une chaise métallique munie de parties mobiles puis le dossier est incliné en arrière, ce qui peut provoquer une quasi-asphyxie, une fracture des vertèbres et une paralysie des jambes. Moins fréquent, mais typique du lieu aussi : le « tapis d’Aladin », une version moderne de la crucifixion.

Pour aller plus vite en besogne, la potence fonctionne, bien sûr, à Tadmor. « Au plus fort de la répression contre les Frères musulmans, près de 150 de leurs membres emprisonnés à Tadmor étaient liquidés chaque semaine, en toute discrétion » , affirme l’ancien diplomate Ignace Leverrier, qui coopère au réseau Revivre et tient le blog Un oeil sur la Syrie, hébergé sur Lemonde.fr. « On pouvait regarder les pendaisons en montant sur les épaules d’un compagnon de cellule, se souvient Haytham Na’al. C’était laid, c’était très laid ». Le 27 juin 1980, dans la foulée d’une tentative d’assassinat contre Hafez Al-Assad, son frère Rifaat – aujourd’hui dans l’opposition au régime -, pénètre dans le bagne à la tête d’une escouade de soldats : un millier de détenus sont massacrés en l’espace de quelques heures. « J’ai entendu les rafales, je les ai vus traîner les corps, dit Haytham. Si j’en ai réchappé, c’est parce que j’avais un numéro d’enregistrement, ma famille avait fini par savoir que j’étais là ».

Libérés, miraculés, les trois anciens prisonniers de Tadmor suivent l’actualité de leur pays avec un effroi tout particulier. Ils savent que les tortures qu’ils ont subies, d’autres qu’eux les subissent à leur tour. Ils savent aussi que, au mois d’août, des tirs nourris ont retenti sur le site de leur ancien calvaire. Les exécutions auraient-elles repris à Tadmor ? Impossible à dire. Assis en tailleur sur un lit d’hôpital, à Paul-Brousse, où il lutte comme Salameh contre un cancer, Abbas Abbas s’astreint à l’optimisme : « Le régime marche vers sa fin. Mais le chemin sera long et douloureux. »

* Abbas Abbas nous a quitté le 5 septembre 2012, après une longue lutte courageuse contre la maladie et a été enterré à Villejuif en France.

Randonnée de l’avenir : Je marche pour les enfants de la Syrie

A travers une randonnée solidaire pour soutenir trois projets humanitaires au profit des enfants syriens, l’association Mobiliser pour la Syrie vous invite à découvrir la forêt de Fausses-Reposes située à côté de Paris et le parc de Saint-Cloud. Un délicieux goûter oriental suivra la randonnée.L’intégralité des frais de participation sera réservée au profit des enfants syriens en Syrie et aux camps de réfugiés et partagée entre l’association franco-syrienne Espoir pour le projet « Sourire et Espoir », à l’association Pour une Syrie Libre pour le projet « Parrainage d’orphelins » et à l’association Revivre pour le projet « Du lait pour les enfants syriens ».

RDV Dimanche le 2 Juin 2013

Pour plus de détails sur la participation, veuillez vous rendre à l’adresse www.mobiliserpourlasyrie.org

Randonnée de l'avenir

Fête de la Madelon

Samedi 1er juin et dimanche 2 juin 2013

À l’occasion de la Fête de la Madelon à Fontenay-sous-Bois

Revivre
Vous donne rendez-vous sur son stand au Village de la Solidarité

Rencontres /Débats

Un débat chaque jour à 15 heures

Samedi 1er juin : Les zones libérées : Quelle organisation? Quelles expériences ?
Dimanche 2 juin : Opposition syrienne : Union ? Désunion ?
(Selon l’actualité, les thèmes pourront changer)

Buffet

Avec toutes les saveurs syriennes

Le stand Revivre se trouve sur la partie haute du Parc de l’Hôtel de Ville

Plan fête Madelon
Détails pour le transport en commun ci-après :

Pour se rendre en transport en commun le plus pratique est de prendre :

1/ RER Ligne A4, Direction : Boissy St. Léger – Station : Fontenay sous Bois.

En sortant de la Gare RER, aller sur la droite pour remonter la rue du Rue du Commandant Jean Duhail, puis la rue Couderchet et suivre le plan. Soit 15 minutes à pied.

Ou bien

2/ RER A4, Direction Noisy-Le-Grand Chessy – Station : Val de Fontenay

Autobus : n°124, arrêt : devant la salle J. Brel, ou Parc de la mairie, ensuite 5 minutes à pied. (mais attention les bus 124 sont assez rares)

La Syrie chante sa Liberté

Solidarité Laïque   Revivre   Mairie du 20e

 

Vous invitent au concert du compositeur chanteur

SAMIH CHOUKEIR

La Syrie chante sa Liberté

Le musicien Wassim Ismaïl ouvrira la soirée
Samedi le 15 juin 2013 à 20 heures (Flyer)

Salle des Fêtes
Mairie du 20e Arrondissement de Paris

Place Gambetta Paris
(Station Gambetta Métro lignes 3 ou 3bis, Bus n° 60, 61, 64, ou 69)

Votre participation contribuera à soutenir l’accueil des réfugiés syriens ainsi qu’à l’envoi de fournitures scolaires aux enfants de la ville de Deraa.

Tarifs
Adultes : 20€, Etudiants : 10€, Enfants (-10 ans) : entrée libre
Réfugiés syriens : entrée libre (sur présentation du récépissé Préfecture)

Réservations
Par email contact@association-revivre.fr ou par téléphone 06 87 56 94 53

Avec le soutien de

     
           

Campagne : Du lait pour les enfants syriens !

Le Cercle Syrie Moderne & l’Association Revivre lancent la campagne Du lait aux enfants Syriens pour tenter de répondre à l’une des principales pénuries touchant actuellement les enfants en Syrie. Le 6 mars 2013, les Nations unies ont annoncé que le cap du million de réfugiés syriens ayant fui leur pays avait été atteint. Ce chiffre ne comprenant que les réfugiés dûment enregistrés, leur nombre réel est sans doute bien supérieur. Au moins 2,5 millions de Syriens ont également été déplacés à l’intérieur du pays. Le Haut Commissaire aux réfugiés Antonio Guterres a déclaré que « la Syrie est entrée dans la spirale d’une catastrophe absolue ».Malgré les millions dégagés par les ONG, celles-ci se plaignent régulièrement des difficultés à acheminer l’aide d’urgence, dont peu parvient au final à la population. Car pour intervenir, ces organismes ont besoin de l’autorisation de Damas, excluant de facto la majorité de la population des zones rebelles de leur assistance. Quant aux pays voisins, ils « ne sont pas prêts » à accorder aux ONG engagées dans des opérations transfrontalières « les facilités logistiques et administratives associées à une reconnaissance officielle » (cf. MSF)Le seul moyen d’aider et de parer au plus urgent reste donc celui que nous avons choisi : s’appuyer sur les activistes et les petits réseaux d’aide locales, qui s’organisent avec peu de moyens pour acheminer directement cette aide. C’est avec eux que nous avions lancé notre campagne contre le froid, à laquelle vous aviez été nombreux à répondre, et c’est à nouveau avec eux que nous lançons cette nouvelle campane « Lait pour enfants ».

Merci par avance de votre soutien.

Pour faire un don :
Les donateurs bénéficieront d’une déduction fiscale de 65% et recevront un reçu fiscal en retour.

1/ Par chèque : merci d’imprimer le coupon du tract et de l’envoyer complété avec vos coordonnées, accompagné de votre chèque libellé à l’ordre de l’Association REVIVRE avec la mention:
« Campagne lait pour les enfants », à l’adresse :
ASSOCIATION REVIVRE
23, rue Auguste Renoir 95520 OSNY

2/ Pour les virements bancaires, coordonnées bancaires indiquées dans le coupon du tract, merci de nous envoyer vos coordonnées personnelles pour que l’on puisse vous adresser un reçu fiscal.

Permanence pour les réfugiés syriens en France

Avec l’appui du Réseau EuroMed et la Mairie du 20e Arrondissement de Paris, Revivre met en place, à partir du 2 octobre 2012, une permanence pour les réfugiés syriens arrivant en France.Cette permanence est destinée à accueillir, informer, orienter et accompagner les réfugiés syriens dans leurs démarches. Elle sera assurée sur rendez-vous par Sabreen Al-Rassace, arabophone, francophone et anglophone.

Adresse

Mairie de Paris du 20e arrondissement (Salle 112)
6 Place Gambetta, 75020 Paris

Horaires

Mardi et Mercredi / de 10h. à 13h – et de 14h. à 17h.
Il est préférable de prendre rendez-vous d’avance

Contact

E-mail : service aux réfugiés
Portable : +33(0)6 34 15 22 40
Insérer à votre message votre nom et votre n° de téléphone pour qu’on puisse vous appeler

Accès

MetroEn métro :
Station Gambetta (ligne 3 ou 3bis)

icon_busEn bus :
Bus n° 60, 61, 64, ou 69

Vous pouvez retrouver les informations ci-dessus, en français et en arabe, dans ce document.

Parrainage avec la ville syrienne de Deraa

En partenariat avec l’association Revivre et le Collectif Urgence Solidarité Syrie, la ville de Fontenay-sous-Bois exprime sa solidarité avec le peuple syrien en lutte pour la démocratie. Le conseil municipal du 29 septembre 2011 adopte à l’unanimité le parrainage symbolique avec la ville martyre de Deraa (77 000 habitants), où est née la révolution en mars 2011.Communiqué de presse du Collectif Urgence Solidarité Syrie du 14 juillet 2011Parrainage de la Ville de Fontenay-sous-Bois avec la Ville syrienne de Dara’a

C’est en toute impunité que depuis maintenant 4 mois, le régime de Bachar el Assad, avec l’aide de son armée et de ses services de sécurité, torture et massacre ses concitoyens.

Parrainage2011Amnesty International dénombre plus de 1 400 morts, des milliers de blessés et d’arrestations.

C’est dans la ville de Dara’a que la révolte du peuple syrien a pris naissance ; depuis, les habitants de cette ville payent un lourd tribut avec plusieurs centaines de morts. Les images effrayantes du jeune Hamzah al-Khatib, âgé de treize ans, mutilé et mort sous la torture ont bouleversé le monde entier.

Il y a aujourd’hui une nécessité, par des actes, de témoigner notre solidarité au peuple syrien.

La Ville de Fontenay-sous-Bois, en partenariat avec l’association REVIVRE et le Collectif Urgence Solidarité Syrie, va dans les jours qui viennent engager un processus de « parrainage avec la Ville de Dara’a ».

Le symbole de ce parrainage est fort, car il donne un signe de solidarité internationale et d’engagement citoyen d’une ville française vis-à-vis d’une ville syrienne martyre. Au-delà du symbole, en coopération avec des ONG et des Syriens originaires de Dara’a vivant en France, des actions de solidarité tout particulièrement en direction d’enfants ayant trouvé refuge à la frontière jordanienne, vont être entreprises par la Ville de
Fontenay-sous-Bois.

Souhaitons que cette initiative soit reprise par de nombreuses villes françaises vis-à-vis d’autres villes syriennes martyres.

Document public