« Comment, demain, faire revivre la Syrie ? » Intervention de Joël Hubrecht

Pour que revive la Syrie : l’incontournable recours à la justice transitionnelle.

Joël Hubrecht, Institut des hautes études sur la justice[1]

18 mars 2017, à l’Institue du Monde Arabe

Souvent réduites aux commissions vérités et aux tribunaux internationalisés dont ils sont la forme la plus connue, la Justice transitionnelle se définit plus largement comme l’ensemble des mécanismes dont un pays se dote pour faire face à ses crimes de masse passés[2]. Elle repose sur quatre piliers : le droit à la vérité, à la justice, aux réparations et à la non-répétition. La dénomination de cette forme de justice particulière[3]contient en elle deux promesses qui reflètent parfaitement ce que les révolutionnaires syriens poursuivent depuis plus de six ans : une promesse de justice et une promesse de transition.

Aujourd’hui, ces deux objectifs semblent hors de portée tant le rapport de force, grâce à l’intervention irano-russe et uniquement grâce à elle, pèse en faveur de la sauvegarde du régime au détriment des forces d’opposition.  Et pourtant…, même si les négociations en cours poussent en un sens contraire, ces deux espérances ne pourront pas être purement et simplement annihilées.

Pourquoi les enjeux de la justice transitionnelle sont incontournables, et le resteront

Tout d’abord parce que les crimes ont été massifs et sont imprescriptibles et que ce soit maintenant ou dans deux générations, comme le prouvent à peu près toutes les autres situations où l’impunité a été imposée (au Cambodge, au Salvador, etc.), la demande de justice restera forte et irrépressible. Cette ampleur des crimes, qui implique un nombre immense de victimes et de criminels, excède apriori les capacités de traitement de toute juridiction ordinaire même richement dotée et performante, ce qui n’est assurément pas le cas des juridictions syriennes. A l’absence de volonté politique qu’oppose un Bachar el-Assad s’ajoute la déliquescence d’institutions elles aussi en ruine. C’est pourquoi la nécessité de recourir à des moyens de justice alternatifs, moyens qui composent la grande variété des mécanismes dit de justice transitionnelle (historiquement développés à partir de l’impossibilité d’engager des poursuites pénales), s’impose manifestement.

Deuxièmement, les enjeux de justice transitionnelle restent incontournables parce la volonté de changement perdure comme le montre, malgré les années de guerre et d’épreuves, la reprise des manifestations de rue dans les zones bénéficiant de quelques accalmies. « Tous les événements survenus en Syrie ont eu lieu pour que se produisent un changement, une transition politique », expliquait Abdelahad Astepho (Vice-président de la Coalition de l’opposition syrienne – CNS)[4].Or on ne peut pas dissocier, comme le prétendent les Russes et le régime, les questions de justice, de paix et de politique. La demande de justice, qui était présente dès le début des manifestations demandant la libération des enfants de Deraa et le rejet du système répressif, malgré la mise à mort et l’exil de centaines de milliers d’opposants, n’a fait que s’accroître avec le déchaînement des violences.

Tout aussi forte la volonté de dire ce qui se passe dans les prisons du régime aujourd’hui, à Saidnaya par exemple, mais aussi de revenir sur les racines plus anciennes des tortures pratiquées à l’époque de Hafez el-Assad (qu’on pense au film de Monika Borgmann et Lokman Slim, Tadmor, dans lequel d’anciens détenus reconstituent leur détention dans la prison de Palmyre[5]).

Ainsi nous ignorons aujourd’hui quelles seront les formes précises que la justice transitionnelle pourra prendre en Syrie après (après la fin de la guerre, après la conclusion des négociations de paix, après le retour des réfugiés et déportés), mais nous savons que les questions des responsabilités, des disparus, des prisonniers, des réparations et des réformes pour juguler le retour de la répression forment le cœur des revendications et du projet de l’opposition syrienne. Ainsi, même si cette demande de justice est évacuée, minorée ou laissée implicite[6] dans le cadre de certaines résolutions internationales et des négociations menées au forceps sous l’égide de la diplomatie russe, les autres enjeux de la reconstruction – reconstruction économique, stabilisation politique suffisante pour aller vers une république décentralisée – ne seront pas tenables durablement sans, tôt ou tard, devoir y revenir.

De solides prémisses : des projets et des réflexions existent déjà depuis plusieurs années

C’est pourquoi, très vite, dès 2012, alors même que la perspective de la fin de la guerre restait lointaine, une réflexion s’est développée à ce sujet. Radwan Ziadeh en est un des principaux acteurs. Cet ancien responsable de programmes sur la justice transitionnelle de l’Arab World Project est à la manoeuvre dans les principales initiatives entreprises pour soutenir la mise en œuvre, après-guerre, d’une justice transitionnelle en Syrie. Le Syrian Center for Political and Strategic Studies (The Syrian Center for Political and Strategic Studies (SCPSS)) a élaboré en 2013 une feuille de route pour la transition en Syrie et a organisé à Istambul, les 26–27 janvier 2013, une conférence (“Transitional Justice in Syria : Accountability and Reconciliation.”) qui a réuni plus d’une centaine de participants de Syrie et du monde entier. A l’issu de cette conférence, ont été créé l’association de défense des droits des victimes de la Révolution[7] ainsi qu’un comité national préparatoire (et un comité international de conseil) qui, quelques mois plus tard, en novembre 2013, est devenu « la Commission syrienne pour la justice transitionnelle (CSJT/SCTJ) ».  Cette entité réunit, sous la houlette de Radwan Ziadeh, qui en est le directeur, des juges, des avocats, des militants des droits de la personne et des universitaires. Plusieurs ateliers ont été organisés en Turquie et en Égypte dont l’un sur la justice transitoire[8].

De façon convergente avec la mise en place de cette commission, il faut aussi mentionner les travaux sur le sujet d’une cinquantaine de Syriens réunis sous le nom de « The Day After project » (Le jour d’après). Ce groupement a également inscrit la justice transitionnelle parmi les objectifs-clés pour penser le futur démocratique du pays et les moyens d’une transition. Le projet du Jour d’Après a été présenté le 28 août 2012 à Berlin, et est disponible sur un site web dédié[9]. Autre lieu emblématique de réflexion de la justice transitionnelle (en lien avec les précédentes initiatives), La maison des experts syriens[10] qui regroupe sous son toit 300 participants de milieux trsè divers (militants, universitaires, juges, avocats, politiciens d’opposition, militaires, représentants locaux, etc). Ceux-ci se sont réunis régulièrement en 2012 et 2013 et ont rédigé une « feuille de route » disponible sur internet[11] et toujours d’actualité. Le 29 et 30 décembre 2015, le SCPSS et le SHE ont tenu à Istambul une conference : “Transitional Justice in Syria after Vienna Process: Achieving Justice and Accountability”.

D’autres voix très écoutées vont dans le même sens. Mohammad Al Abdallah, qui a mis en place à Washington, où il est exilé, le Centre syrien de justice et de responsabilité (The Syria Justice and Accountability Centre – SJAC[12]), qui documente les violations des droits de l’homme depuis mars 2011, dit explicitement que : «Au-delà d’une action devant la justice internationale dont les coûts sont exorbitants et les résultats changent peu la vie des gens, nous espérons que notre base de données servira à un processus de justice transitionnelle qui permette aux Syriens de vivre ensemble une fois la guerre terminée.»

En France, L’Initiative arabe de réforme (ARI)[13] – un consortium présidé par Bassma Kodmani regroupant des instituts de recherche arabes – s’est également engagé dans des activités de soutien autour de ces questions, avec notamment l’aide à la création d’une association dédiée à la reconstruction des institutions judiciaires et à la formation de juges syriens,  l’AJDI.

Que disent ces rapports ?

Les experts s’accordent pour dire que pour lancer véritablement un processus de justice transitionnelle, il faudra d’abord que les combats aient cessés et que la situation soit plus durablement stabilisée. Il faut aussi une réelle volonté politique en sa faveur et, pour les réformes institutionnelles en particuliers se projeter jusque dans le long-terme.

Le rapport du « Jour d’après » propose un calendrier par étapes et une stratégie relativement détaillée, en abordant des points très précis (comme la nécessité de suspendre ou d’abolir la peine de mort pour pouvoir bénéficier de l’aide de fonds internationaux). Mais tout comme la feuille de route de la maison des experts syriens, ces rapports buttent forcément sur le flou de ce que « le Jour d’après » appelle la « Syrie post-Assad ». C’est pourquoi, à ce stade, ils discutent des avantages et inconvénients des différentes formes de mesures possibles plus que des moyens concrets de leur mise en place effective. On notera cependant que, s’il demeure finalement assez vague et théorique, ce catalogue ne se réduit pas à un exercice de bonnes intentions mais se montre plutôt prudent (évitant de trancher de façon intempestive des arbitrages complexes) et lucide, notamment sur la question des ressources.  Le rapport du « Jour d’après » pose ainsi d’emblée le défi du manque de moyens (en proposant la création d’un Fond d’Etat dédié dans lequel abonderait une taxe nationale et des donations étrangères). Le rapport de la maison des experts avertit qu’il faudra forcément choisir entre le volume des réparations et leurs bénéficiaires, l’élargissement de la catégorisation des victimes entraînant mécaniquement une réduction des prestations ou montant financier de ces programmes. Les perspectives de justice transitionnelle envisagées sont ambitieuses et ouvertes mais il ne s’agit donc pas de promettre monts et merveilles, ce qui serait fatidique tant la désillusion et les frustrations qui s’en suivraient seraient alors inévitables.

Construit autour des piliers évoqués en introduction (les 4 fameux piliers Joinet), on notera d’abord l’insistance pour que, au-delà de l’assistance internationale nécessaire, le processus soit construit et conduit d’abord par les Syriens eux-mêmes. C’est un point fondamental. Le processus de JT ne peut être l’importation d’un programme élaboré et mis en place par des experts internationaux. La CPI existe déjà, avec ses statuts, et si une Syrie libre était enfin  en mesure de ratifier le Statut de Rome, elle intégrerait un système préexistant. Pour la justice transitionnelle, il en va autrement. Ses programmes ne sont pas prédéfinis. Il est donc possible – non seulement possible mais indispensable – d’associer la population syrienne à son élaboration et de tenir compte des perceptions et des attentes notamment au travers d’une consultation nationale.

La nécessité d’avoir des garanties d’indépendance, d’impartialité, de transparence est aussi fortement soulignée dans tous ces rapports. Les mécanismes proposés doivent permettre d’éviter une amnistie générale aussi bien qu’une lustration brutale et sans examen dans l’administration (contre ceux qu’on associerait apriori à l’ancien régime). Les rapports plaident pour une amnistie conditionnée et une lustration motivée et encadrée (le contre-exemple étant évidemment ce qui s’était fait en Irak après la chute de Saddam Hussein).

Les actions les plus immédiates concernent la formation de personnels qualifiés à ce type de mécanisme et le recueil et la préservation de la documentation sur les crimes. Cette documentation devant servir à un travail non-juridique d’établissement des faits, qui serait conduits par des sous-commissions spécialisées (en fonction de la nature des violences traitées : torture, exécutions extra-judiciaires, disparitions) et un matériel pouvant servir à des actions judiciaires.

Dans tous les rapports, il est répété que le travail d’établissement des faits par un mécanisme de commission-vérité, ne devra pas se substituer à la possibilité d’engager des poursuites pénales contre les principaux responsables. Une exigence qui va tout à fait dans le sens des leçons tirées (et des insuffisances constatées) des autres expériences de justice transitionnelle, à partir desquelles il apparaît clairement que la justice (dans sa dimension judiciaire) doit rester une composante importante de la justice transitionnelle. Dans la plupart des rapports, s’il est prévu de reconstruire et de faire en sorte que des procès soient possibles devant des cours syriennes, c’est le projet de création d’un tribunal hybride qui est très clairement privilégié. Celui-ci regrouperait des magistrats internationaux et des Syriens sur la base d’un statut ad-hoc s’inspirant des procédures syriennes et des standards et procédures internationales[14].

La mise en œuvre des propositions de ces rapports est-elle encore crédible ?

Bien sûr, le contexte actuel est particulièrement sombre. La création d’un TPI ad-hoc n’est pas à l’ordre du jour. Le déséquilibre des forces est en faveur d’Assad, le pouvoir de blocage des Russes au Conseil de sécurité font que les mécanismes de justice internationale déjà existants, comme la Cour pénale internationale, apparaissent hors d’état d’agir. De plus, même si l’opposition conserve ou arrache la gestion de certaines zones libérées à l’intérieur du pays, le régime d’Assad sera certainement en mesure d’assurer, au moins temporairement, l’impunité et de servir de refuges aux criminels sur la partie du pays qu’il continuera de pleinement contrôler.

Telle qu’elle se dessine, nous serions donc probablement en face d’une situation relativement inédite : pas celle d’une justice de transition telle que nous l’avons à l’esprit lorsqu’on pense à des cas comme celle de l’Afrique du sud ou de la Tunisie mais pas non plus d’une « justice transitionnelle sans transition ». Car, d’une certaine manière, même s’il reste en place, le régime d’Assad s’est en réalité, derrière les apparences, déjà « effondré de l’intérieur », engageant dans la douleur et en profondeur, au-dehors du palais-Potemkine du mont Mezzeh, l’inexorable refondation de la communauté politique syrienne. La révolution a commencé et se poursuit par le bas. Vraisemblablement la justice transitionnelle sera elle aussi davantage portée « par le bas » que « offert » et mise en œuvre par le « haut ». Cette hypothèse recoupe un mouvement plus ample auquel on assiste, après 6 ans de guerre et de négociations stériles, dans d’autres domaines comme celui de la reconstruction architecturale (ainsi l’ONG Ila Souria soutient une « reconstruction par le bas » en participant à des formations, comme à Gaziantep, avec des architectes syriens, qui ont travaillé sur la question des villes transitoires post-catastrophe et des camps de transit[15]). Si le soutien politique est indispensable, tout ne vient pas pour autant d’en haut. Au Burundi, le processus institutionnel de justice transitionnelle (qui prévoyait la mise en place d’une commission vérité et d’un tribunal spécial) a été bloqué par un pouvoir qui aujourd’hui est retombé dans sa fuite en avant vers une violence de nature peut-être même génocidaire. Mais pendant des années, dans un contexte d’auto-amnistie et d’immunité reconductible des responsables politiques, des acteurs de la société civile avaient imaginé des solutions de recours, à leur échelle, avec les représentations locales d’une série de pièces de théâtre sur les crimes du passé suivie de l’organisation de groupes de paroles[16].

On peut aussi penser que, même si elle est d’une façon ou d’une autre organisée et pacifiée, la fragmentation et la division du pays demeurera une donnée de base – et en partie un obstacle – pour le développement d’un processus de justice transitionnelle homogène global. Cela sera un vrai défi puisque l’égalité de traitement de tous les citoyens fait partie des exigences d’une justice équitable. On ne peut pas donc non plus se satisfaire d’un processus à plusieurs vitesses ou en forme de gruyère. Il faudra donc faire preuve d’originalité et ne pas se contenter de reproduire ce qui s’est fait précédemment ailleurs.

Voudrait-on le faire, qu’on aurait d’ailleurs bien du mal, car la perspective de l’originalité future de la justice transitionnelle en Syrie n’a en soi rien de surprenant tant aucun exemple de justice transitionnelle du passé ne ressemble à un autre : ici le processus combinera commission vérité et tribunal mixte (Sierra-Leone), là l’accent sera mis sur la désignation et l’aveu des responsables (Afrique du sud) alors qu’ailleurs l’accent sera placé sur les réparations et les noms des responsables ne seront pas rendus publics (Maroc). Ici ce sera un massacre particulier ou une courte période qui fera l’objet d’enquêtes alors que là ce seront des décennies et plusieurs régimes successifs qui feront l’objet d’un rapport. Ici on aura recours à des juridictions internationalisées, là à des formes de justice traditionnelles. Les processus les plus réussis – sachant qu’au bout du compte cette réussite est toujours relative et limitée – sont ceux qui auront trouvé des formes nouvelles, adaptées à la forme très particulière des crimes de masse qui y ont été commis. En Afrique du sud, l’apartheid et au Rwanda, le génocide perpétré par la mobilisation de toute la population n’appelait pas le même type de justice transitionnelle. Un des traits marquants pour la Syrie est qu’elle aura à la fois connu un régime tyrannique, avec son système de contrôle et de repression des opposants, et cela sur une très longue durée et également une guerre particulièrement barbare de bombardement et de gazage des populations civiles.

Des créations originales, nous en avons déjà l’exemple avec celle du Mécanisme international, impartial et indépendant (MIII), fruit d’un vote de l’Assemblée Générale (AG) de l’ONU pour contourner le blocage du Conseil de sécurité. Jusque-là c’était plutôt le Conseil qui était à la manœuvre en matière de JPI par la création de Tribunaux pénaux ad-hocs ou la saisie de la CPI. Ce Mécanisme chargé de faciliter les enquêtes sur les violations les plus graves du droit international commises en Républiques arabe syrienne depuis mars 2011 et d’aider à juger les personnes qui en sont responsables devrait désormais être intégré au sein des négociations et être relié à l’élaboration d’un processus de justice transitionnelle. L’art. 8 (§2) du rapport du 19 janvier 2017 du Secrétaire général de l’ONU[17] décrit d’ailleurs le MIII explicitement comme une « institution de JT ». Et c’est bien à ce titre qu’il faut appuyer et investir le mécanisme, et non sur le modèle du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie ou du Tribunal pénal international pour le Rwanda, c’est-à-dire penser le MIII dans la perspective de procès conduits dans plusieurs pays (dans le cadre de la compétence universelle[18]) mais aussi de futurs procès en Syrie, et avec une collaboration étroite avec des acteurs syriens.

On peut supposer, parce que le pays est en ruine matériellement et politiquement, que le processus reposera sur l’implication de la société civile syrienne d’une part et qu’il aura besoin d’autre part du soutien de pays de la communauté internationale, et notamment de l’Union européenne. C’est-à-dire, de deux leviers extérieurs au gouvernement syrien lui-même. C’est ce type d’attelage justement qui pourra permettre la co-construction d’institutions gouvernementales rénovées par la refondation d’un nouveau corps politique. Mais aussi, et c’est fondamental, la réhabilitation et la recrédibilisation de l’ONU et de la communauté internationale qui a failli dans sa mission d’aide et de secours. Les enjeux de la reconstruction dépassent le cadre de la Syrie et nous concerne aussi. Inutile d’insister sur l’inaction et l’absence de l’Union européenne pendant le conflit…Mais justement l’UE ne doit pas revenir dans le jeu comme un simple organe financier et technique, sans lecture et exigences politique sur la nature de la reconstruction qu’elle soutient. Elle doit poser elle aussi ses exigences et si elle fournit une aide à la reconstruction, le faire en la conditionnant au respect et à la mise en œuvre de procédures de justice transitionnelle.

Co-construction d’institutions par la co-construction d’un processus de justice transitionnelle donc. Ce processus est dynamique et évolutif. Si les objectifs sont indispensables à la pensée de l’action, ils sont sans doute en tant que tel inatteignables dans leur intégralité (dans leur pureté pourrait-on dire !) : vérité, réconciliation…Mais les résultats ne sont pas à attendre en bout de course. Ils se confondent avec la manière même dont on avance dans le « dur », dans le concret des rapports de force et des moyens disponibles.

Cette inventivité et cette force de la société civile existent en Syrie comme en a témoigné la forme de législations temporaires et de moyens de règlement des conflits dans les zones où l’autorité de l’Etat avait disparu, notamment dans la ville d’Alep où des cours temporaires avait été créée afin de gérer les litiges entre les civils et entre ces derniers et les combattants[19]. On peut aussi imaginer s’inspirer et avoir recours à des formes plus traditionnelles de règlements des litiges (comme le Rwanda l’avait fait avec les tribunaux du gazon, les gacacas). S’appuyer par exemple sur des représentants ou des modes de la justice tribale (la Soulha) ? C’est une question (plus qu’une préconisation affirmée) car il faut aussi se méfier de l’illusion du recours à la tradition et surtout prendre garde de ne pas enfermer la JT dans des lignes ethniques et confessionnelles qui fragmentent le pays et sont instrumentalisées par le pouvoir.

Des innovations sont possibles aussi en termes de réparations (individuelle mais aussi collective), de CVR (régionale, mixte, intertionalisée). Le rapport de la Maison des experts syriens (Syrian transition map road) conseille ainsi, de ne pas se focaliser exclusivement sur la documentation et les poursuites, mais de créer un site web pour honorer les familles des victimes et faciliter les contacts entre les victimes, qu’elles soient syriennes ou même d’un autre pays et d’un autre conflit. Penser l’articulation avec le DDR (démobilisation, désarmement, réintégration), c’est-à-dire la question des centaines de milliers de déserteurs, celle des milices privées, la démobilisation des hommes de l’ALS, la réintégration des anciens combattants sans que cela n’entre en contradiction totale avec les demandes ou les attentes des victimes. Il faut aussi reprendre l’éducation des enfants qui n’ont connu que l’école de la guerre et de l’exil, traiter des compensations pour les personnes qui ont perdu leurs logements, etc. Ces questions dépassent le seul cadre de la JT mais il doit y avoir des ponts entre les programmes et les projets.

Comment la justice transitionnelle peut-elle contribuer à faire revivre une Syrie fragmentée ?

Il ne suffit pas pour penser cet après de la justice transitionnelle de faire le catalogue exhaustif des diverses options que l’on pourrait théoriquement imaginer, l’important est :

  • de préparer dès aujourd’hui les conditions les plus propices possibles à la co-construction d’un futur processus pour qu’il soit à la fois inclusif et cohérent : c’est-à-dire de sensibiliser les diplomaties internationales engagées dans le conflit que l’enjeu JT est incontournable, identifier et tisser les liens avec les associations syriennes ou des professionnels de la justice, commencer à établir une base de données pour recenser les victimes et les crimes, préserver des moyens de preuves, etc.
  • mais aussi, et surtout, car c’est la condition de l’appropriation et de la possibilité d’innover, de comprendre, au-delà de leurs formes particulières, comment et pourquoi ce type de justice peut contribuer à relancer le dialogue dans une société fragmentée.

Car la guerre ne détruit pas que les vies, les hôpitaux et les maisons. Elle détruit aussi les mots, la possibilité du langage et du dialogue social. Ce n’est évidemment pas un hasard si des écrivains, comme Isabelle Hausser[20], se mobilisent face à de telles situations. La possibilité du dialogue est anéantie non seulement par le repli communautaire ou la surpolitisation des mémoires mais, plus fondamentalement, par l’empoisonnement de la langue par les appareils de propagandes et par l’incommunicabilité des souffrances et des traumatismes. C’est donc d’abord là, dans la recherche d’une langue sinon commune du moins partageable, que le tissu social doit être recousu. Et la justice transitionnelle est un formidable moyen de recréer et de pluraliser des espaces de dialogues.

Je n’ai pas la possibilité de rentrer ici dans le détail de cette dynamique[21], que l’on peut esquisser de la manière suivante :

  • dans le cadre d’un procès : la co-présence des parties (les victimes et les accusés) ; le rôle des représentants et des intermédiaires de justice ; la disposition de chacun des protagonistes, qui occupent une place déterminée par la procédure, amorçant une reconnaissance sociale et une reconnaissance mutuelle (par distinction avec une reconnaissance « fraternelle ») ; la confrontation argumentative, les interrogatoires et contre-interrogatoires, qui ne se confondent pas avec une conversation libre et ouverte mais, sous la présidence d’un juge qui veillera à ce que la parole soit distribuée équitablement, permet un débat contradictoire public qui débouchera sur la délibération des juges et à un jugement consensuel ou, en cas d’opinion dissidente d’un des juges, à la majorité des voix ; les débats et les conclusions des juristes peuvent être complexes et techniques mais le verdict clarifie les responsabilités et tranche entre culpabilité et acquittement, libère la parole des témoins, permet de « faire en public la mémoire publique »[22].
  • dans le cadre d’une commission vérité, les procès sont remplacés par des déclarations écrites et des auditions publiques. Le jugement judiciaire est remplacé par un rapport produit par un panel de commissaires, regroupant des personnalités reconnues et consensuelles, des universitaires, des religieux, etc. D’autres approches colorent les discours (religieuse, psychanalityque…). Les discours tenus n’ont plus la froideur technique du droit. L’émotion sous contrôle voir bannie des palais de justice peut être au contraire recherchée et mise en scène au nom d’une volonté cathartique. Lors des audiences publiques de la célèbre Commission vérité réconciliation d’Afrique du Sud, un cierge était allumé à la mémoire « de tous les morts des affrontements du passé », des prières étaient adressées, des poèmes étaient lues, et après les témoignages entendus, son président Mgr Desmond Tutu résume ainsi le sentiment de l’assemblée : « Nous avons été émus aux larmes. Nous avons ri. Nous avons gardé le silence et nous avons regardé droit dans les yeux la bête immonde de notre sombre passé. Ayant surmonté cette terrible épreuve et prenant conscience de notre commune humanité, nous commençons à réaliser que nous sommes capables de surmonter les affrontements d’hier et de nous tendre la main »[23].

Conclusion :

Voilà comment, grâce à la justice, la parole « reprend ses droits », reprend sens. Sinon, si la Syrie ne devait pas pouvoir « revivre », si elle ne devait plus être qu’un pays vidé de ses habitants et un champ de ruine à la main de Bachar al-Assad, si la « paix » négociée n’était que celle des cimetières et de la soumission, alors, il faut bien avoir conscience que la Syrie ne serait pas la seule à mourir. L’ONU aussi y perdrait son « âme » et le « jour d’après » serait celui du « monde d’après » : un monde que certains qualifient, pour s’en désoler ou s’en réjouir, de « post-occidental » mais qui serait peut-être d’abord « post-humain » dans la mesure où la torture et le crime contre l’humanité y seraient ouvertement revendiqué au nom de leur efficacité (« It works ! », pour reprendre la formule d’un président en exercice[24]). Ce monde nous ouvre ses portes mais, comme nous l’avons vu, comme nous essayons avec l’association Revivre de le penser ensemble, d’autres mondes restent malgré tout possibles.

Des mondes où les mots auront retrouvé toute leur portée, et où raisonneront pleinement le sens de phrases telles que celle-ci : « Voici le premier progrès que l’esprit de révolte fait faire à une réflexion d’abord pénétrée de l’absurdité et de l’apparente stérilité du monde. Dans l’expérience absurde, la souffrance est individuelle. A partir du mouvement de révolte, elle a conscience d’être collective, elle est l’aventure de tous. (…) Le mal qui éprouvait un seul homme devient peste collective. Dans l’épreuve qui est la nôtre, la révolte joue le même rôle que le cogito dans l’ordre de la pensée : elle est la première évidence. Mais cette évidence tire l’individu de sa solitude. Elle est un lieu commun qui fonde sur tous les hommes la première valeur. Je me révolte, donc nous sommes ». Ces mots ont été écrits, il y a 65 ans, par Albert Camus dans L’homme révolté[25]. Ils sont précieux car c’est bien dans la préservation et le développement de ce « nous » que réside le plus grand espoir pour la Syrie de demain et c’est à cela que peut contribuer la justice transitionnelle.

Notes

[1] Ce texte a été préparé pour la table-ronde « Comment demain faire revivre la Syrie ? », organisé par l’association Revivre le 18 mars 2017 à l’Institut du Monde arabe.

[2] K. Andrieu et G. Lauvau (sous la dir.), Quelle justice pour les peuples en transition ?, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2014.

[3] Que l’on peut faire rétrospectivement remonter, dans ses premières réalisations concrètes, à des procès conduits après la fin de la seconde guerre mondiale (Nuremberg) mais qui s’est conceptuellement construit à partir du développement des commissions vérités et des expériences latino-américaines dans les années 80.

[4] « En Syrie, on laisse de nouveau la place aux plus fanatiques », Mediapart.fr, 19 févr. 2017.

[5] Tadmor, un film de de Monika Borgmann et Lokman Slim, Les films de l’étranger, 2016. J. Chalier, « L’abattoir de Saidnaya », Esprit, mars-avril 2017.

[6] Voir la résolution 2254 (2015), adoptée par le Conseil de sécurité à l’unanimité de ses 15 membres en décembre 2015, qui trace une « feuille de route » faisant référence aux obligations du Droit international mais n’aborde jamais en tant que tel la question des poursuites des criminels de guerre.

[7] Cette association regroupe des familles comme celle de Hamza al-Khateeb, considérée comme la première victime de la révolution, ou d’autres figures emblématiques comme Muhammad al-Jawabrah; Ghayyath Matar; and Tamir al-Shar’i…

[8] Les autres portaient sur la réforme de l’appareil judiciaire, les réformes politiques, la réforme du secteur de la sécurité, la réforme de l’économie et la réforme des systèmes de santé et d’éducation.

[9] http://thedayafter-sy.org/wp-content/uploads/2014/12/thedayafteren.pdf

[10] the Syrian Expert House (SHE)

[11] http://syrianexperthouse.org/archives/775

[12] https://syriaaccountability.org/

[13] http://www.arab-reform.net/

[14] L’association AJDI mentionnée précédemment a développé une réflexion allant dans ce sens pour éviter de reproduire des structures ad-hocs qui, trop empruntes des procédures de Common Law (qui dominent encore la plupart des juridictions pénales internationale), se révéleraient inadaptées.

[15] Voir Emmanuel Haddad, « Syrie : l’urgence de penser la reconstruction », blog de l’auteur (journaliste indépendant), http://emmanuelhaddad.com/?p=1431 ; lors de cette même table-ronde du 18 mars 2017 à l’IMA, les propos du Dr Ziad Alissa, président de l’UOSSM France, sur le rôle des comités locaux et la reconstruction « par le bas » de l’aide médicale allaient eux-aussi dans le même sens.

[16] Sur ces initiatives voir Anne-Aël Pohu et Emmanuel Klimis (sous la dir.), JusticeS transitionnelleS. Oser un modèle burundais. Comment vivre ensemble après un conflit violent ?, RCN Justice et démocratie, Facultés universitaires Saint-Louis de Bruxelles, 2013.

[17] Document A/71/55 : Rapport du Secrétaire général, Application de la résolution portant création d’un Mécanisme international, impartial et indépendant chargé de faciliter les enquêtes sur les violations les plus graves du droit international commises en Républiques arabe syrienne depuis mars 2011 et d’aider à juger les personnes qui en sont responsables. 19 janvier 2017, Soixante et onzième session, Point 31 à l’ordre du jour, Prévention des conflits armés.

[18] Sur le levier de lutte contre l’impunité que constitue la compétence universelle voir les articles à paraitre dans la revue Esprit (mai 2017) et sur le site de l’IHEJ (www.ihej.org).

[19] La Cour de l’Unité, s’appuyant sur des textes variés tels que le Code de l’Unité de l’Union arabe, jamais utilisé auparavant, ou encore la charia afin de gérer les litiges familiaux, avait ainsi été institutionnalisée afin de répondre au besoin de d’administration et de gestion entre les civils.

[20] Inspirée par son séjour de plusieurs années en Syrie, voir d’Isabelle Hausser Petit Seigneur, Editions de Fallois, 2010 etLes Couleurs du sultan, Editions Buchet/Chastel, 2016. Isabelle Hausser a animé la table-ronde du 18 mars 2017 à l’IMA pour laquelle ce texte a été rédigé.

[21] Pour un développement de cet aspect, voir Joël Hubrecht, « Après un crime de masse, comment la justice peut-elle relancer le dialogue ? », revue Plurielles, n°20,AJHL, Paris, 2017, p 32-41 (accessible sur le site www.ajhl.org dans la rubrique Plurielles).

[22] Mark Osiel, Juger les crimes de masse. La mémoire collective et le droit, Seuil, 2006, p.425.

[23] Desmond Tutu, Il n’y a pas d’avenir sans pardon, Albin Michel, 2000, p.121.

[24] Donald Trump pour ne pas le citer.

[25] Albert Camus, L’homme révolté, Gallimard, 1951, éd. De 1962, p.36.

Table ronde : Comment demain faire revivre la Syrie

L’Association Revivre vous invite à une table ronde

« Comment demain faire revivre la Syrie »

Samedi 18 mars 2017, de 19h à 21h

Réservation conseillée avant 16 mars 2017 : invitations@imarabe.org

16939471_1287136724713609_3235283085252503270_n

à l’Institut du Monde arabe

Salle du haut Conseil

1, rue des Fossés – Saint – Bernard

Place Mohamed V, Paris 5e

Sous le parrainage de Jack Lang, Président de l’IMA

Animée par l’écrivain Isabelle Hausser

Programme:

Processus démocratique et enjeux constitutionnels: Bassma Kodmani, Politologue, directrice de l’initiative Arab Reform

Justice transitionnelle: Joël Hubrecht, Responsable du programme justice pénale internationale et justice transitionnelle

Comment aider les victimes à (re) vivre après la  torture : Omar Guerrero, Psychologue clinicien au centre de soins Primo Levi

Faire revivre le patrimoine culturel : enjeux matériels et immatériels pour la Syrie: Sophie Cluzan, Archéologue, spécialiste de l’Orient ancien

Le défi de la remise à niveau des structures médicales: Dr Ziad Alissa, Président de l’UOSSM France

Nota: La conférence est en ligne sur le site de l’IMA : https://www.imarabe.org/fr/rencontres-debats/comment-demain-faire-revivre-la-syrie

 

Dimanche 26 février 2017 à la patinoire – Paris

Dimanche 26 février 2017 à la patinoire – Paris

Couverture événement Patinoire

Le groupe des bénévoles « Sortons avec Revivre » organise une sortie à la patinoire

le dimanche 26 février 2016

الخروج إلى حلبة التزلج، يوم الأحد 26 شباط/ فبراير 2017

ينظم النشاط فريق المتطوعين : لنخرج مع روفيفر

Cette sortie s’effectuera sur inscription uniquement par mail à

التسجيل ضروري عن طريق رسالة إلكترونية إلى

glasman.emilie@hotmail.fr

L’équipe se charge de l’entrée et des patins à glace

نتكفل بتأمين رسم الدخول وأحذية التزلج

Vous emportez une paire de gants et une paire de chaussettes

تتكفلون بإحضار كفوف مناسبة وجوربٍ إضافي

Et tous ensembles, nous emportons de quoi grignoter pour un goûter partagé

نتكفل جميعاً بإحضار البسكويت والشراب

,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,

Merci d’également nous avertir en cas de désistement  au même adresse de inscription

رجاء إعلامنا في حال الرغبة بإلغاء تسجيلكم على نفس العنوان الالكتروني

glasman.emilie@hotmail.fr

Le lien facebook, heure et adresse   :

https://www.facebook.com/events/268839876878486/

événement Patinoire Ar - Fr

L’Assemblée Générale de Revivre : Samedi 4 mars 2017

À tous les membres de Revivre : à vos agendas…

L’Assemblée Générale Ordinaire de Revivre se tiendra

le samedi 4 mars 2017, de 14h. à 18h30

à la Maison du Citoyen et de La Vie Associative

16 rue du Révérend-Père Lucien Aubry

Fontenay-sous-Bois

Assemblée Général 2017 & Log revivre

L’ordre du jour

  • Présentation et approbation du rapport d’activité 2016
  • Présentation et approbation du rapport financier 2016
  • Présentation du budget prévisionnel 2017, débat suivi par la vote sur les orientations
  • Election du Conseil d’Administration
  • Intervention de Nicolas Hénin, journaliste et auteur de plusieurs ouvrages dont «  Jihad Academy »:

 « L’avenir de la Syrie et les nouvelles donnes du conflit »

  • Clôture avec un verre d’amitié

Nota : La convocation a été envoyée hier, par la poste et par voie électronique, accompagnée du bulletin de candidature au Conseil d’administration,  du formulaire de vote par procuration ainsi que de la version non définitive du rapport d’activité 2016.

Préciser en cas de changement d’adresse ou de non réception de la convocation,  merci de le signaler par mail:  contact.revivre@gmail.com

Programme d’apprentissage du français et d’aide à l’insertion professionnelle

Un programme d’apprentissage du français et d’aide à l’insertion professionnelle est organisé depuis le 14 octobre 2016 par « Revivre ». Il se déroule jusqu’au 10 juillet 2017.

Les cours préparent au diplôme d’études en langue française (DELF), option professionnelle, niveau A2 et B1.

Partially assembled puzzle with white jigsaw pieces, while others are still messy and unordered. One side of the image shows part of a completed puzzle, while the other shows the work in progress on a dark gray background. Finding a solution to a problem and choosing the right strategy to solve disorganization to complete a project by putting together the puzzle. Digital generated image, view from top.
Ce programme comprend :

1/  14h de cours de français par semaine ;

2/ Des conseils en orientation professionnelle (aide à la rédaction du CV, lettres de motivation, préparation aux entretiens professionnels, …) ;

3/ Des rencontres avec des organismes et des réseaux professionnels. Dans ce cadre, des visites et des entretiens ont été déjà organisés avec la Cité des métiers à la Cité des Sciences. Un partenariat actif est organisé avec l’organisme « Action Emploi Refugiés » ;

4/ Des visites culturelles complètent le programme.

Les cours de français ont lieu sur deux sites :

Le mardi et le jeudi, au centre d’animation Louis Lumière :

46 rue Louis Lumière (75020 Paris)

Le vendredi dans les locaux de Solidarité Laïque :

22, rue Corvisart (75013 Paris).

Une professeure spécialisée en Français langue étrangère dispense les cours, assistée certains jours par semaine de la coordinatrice du programme.

Actuellement, 24 « étudiants » sont inscrits, ils ont de 20 à 67 ans et la plupart ne sont plus étudiants. L’objectif n’est pas l’entrée à l’université mais d’aider à l’entrée dans la vie professionnelle.

Le programme résulte d’une collaboration étroite avec la permanence d’accueil de « Revivre » qui est chargée des inscriptions.

Ce dispositif est gratuit.

La coordinatrice du programme : Mme D. Bargas

Professeure : Anne Le Bourvellec

Star en Syrie, réfugié à Los Angeles, l’acteur Jay Abdo repart de zéro à Hollywood

L’histoire est banale à Hollywood : un acteur au chômage vivote en livrant des pizzas avec le rêve de décrocher le rôle qui va faire de lui une star. Pour Jihad, devenu « Jay » Abdo, cette réalité a eu un goût particulièrement amer car l’homme avait été, avant la crise en Syrie, une des grandes stars du monde arabe. Grâce à des cinéastes comme Werner Herzog, l’acteur connaît un nouveau départ.
Syrian actor Jay Abdo poses in Hollywood, California, on December 22, 2016. / AFP PHOTO / VALERIE MACON

Le comédien Jay Abdo à Los Angeles en décembre 2016. © VALERIE MACON / AFP

Cet acteur syrien était l’une des plus grandes stars de cinéma du monde arabe avant que la guerre civile dans son pays ne le transforme en un réfugié anonyme parmi plus de quatre millions d’autres.

Star du petit et du grand écran dans le monde arabe

Au temps de sa splendeur, il ne pouvait déambuler dans les rues d’un quelconque pays du Moyen-Orient sans être assailli par une foule de fans. Avec 43 longs-métrages à son actif et plus d’un millier d’épisodes d’un feuilleton télévisé à l’eau de rose très populaire, il était admiré non seulement pour ses talents d’acteur mais également pour ses prises de position.

« J’avais une vie plutôt belle. Les gens m’aimaient, à l’écran et dans les émissions où je prenais la parole pour parler de culture et d’opinions », raconte à l’AFP l’acteur de 54 ans, de son vrai nom Jihad Abdo. Sa notoriété provient de la série « Bab al-Hara » (La Porte du quartier), qui  a attiré jusqu’à 50 millions de téléspectateurs par épisode.

Les foudres du régime syrien

Son périple jusqu’à Los Angeles a débuté en 2011 lorsque les tensions enflaient en Syrie dans le sillage du Printemps arabe ayant déjà emporté la Tunisie et l’Egypte. Son épouse, la peintre et avocate spécialisée dans les droits de l’homme Fadia Afashe, occupait un poste de haut rang au sein du ministère syrien de la Culture. Elle a dû fuir le régime du président Bachar al-Assad après une rencontre en France avec des opposants syriens. Elle a alors entrepris des études universitaires à Minneapolis, dans le nord des Etats-Unis.

En parallèle, l’acteur s’est lui-même attiré les foudres du régime pour avoir refusé de participer à des manifestations et à des émissions télévisées pour soutenir Assad. Mais c’est un entretien au Los Angeles Times lors d’un séjour à Beyrouth qui scelle son sort : il accuse les services secrets syriens de torturer et d’être corrompus. A son retour en Syrie, il explique avoir été menacé, avoir eu les vitres de sa voiture brisées et avoir été poussé maintes fois à présenter des excuses télévisées au président.

Aux Etats-Unis, Jihad s’appellera Jay

Avec certains amis emprisonnés ou disparus, il décide de s’enfuir en octobre 2011 pour Minneapolis. Abandonnant quasiment toute sa fortune et ses  biens. Le couple demande l’asile aux Etats-Unis et s’installe à Los Angeles, afin que l’acteur puisse trouver du travail devant les caméras. « J’ai rencontré énormément de gens qui étaient choqués parce que je m’appelle Jihad », se souvient-il, pour justifier son prénom Jay. « Ils ignoraient que c’est chrétien et que j’ai été prénommé en hommage à un avocat chrétien de Damas, un très bon ami de ma famille », déplore l’acteur.

Mais même avec un prénom moins dérangeant, il enchaîne plus d’une centaine  d’auditions infructueuses. Le couple survivait alors avec trois dollars par jour. Il lui a fallu plus d’un an pour trouver un emploi chez un fleuriste et un autre de livreur de pizzas, et gagner 300 dollars par semaine.

Nouveau départ, au côté de Nicole Kidman

C’est le réalisateur allemand Werner Herzog qui lui donne son premier rôle à Hollywood. Et quel rôle : il côtoie la star australienne Nicole Kidman. Le film « Queen of the desert », qui sort au printemps, raconte l’histoire de l’archéologue britannique Gertrude Bell et compte également à son générique James Franco et Robert Pattinson. « Toutes mes scènes sont avec Nicole. Je ne peux assez la complimenter. Elle est très gentille, extrêmement professionnelle, une femme au grand coeur, très intelligente et à l’esprit vif. Surtout, elle m’a aidé dès la première minute », souligne Jay Abdo.

Le réalisateur a expliqué avoir pris conscience de l’immense célébrité de son acteur syrien en visitant un souk à Marrakech pendant le tournage au Maroc. « Tout le monde voulait une photo avec lui. Les marchands nous ont fait moitié prix », a-t-il confié au Wall Street Journal.

Signe que la Cité des Anges aime les fins heureuses, la carrière de Jay Abdo a pris un nouveau départ : il apparaît dans la série « The Patriot » sur Amazon et dans « Bon voyage », un court-métrage du réalisateur suisse Marc Raymond Wilkins en course pour les nominations aux Oscars.

Il est aussi aux côtés de Tom Hanks dans la comédie « A Hologram for the King », sortie en début d’année. Bouleversé par l’horreur de la situation en Syrie qui n’a fait qu’empirer  depuis son exil, il ignore s’il y retournera un jour. Mais il a la conviction  qu’il n’aurait pu être en meilleur endroit. « Hollywood n’était pas mon objectif », dit-il. « Je n’ai jamais prévu de venir ici. C’est le destin qui m’y a conduit ».

3 Vidéos :

Queen of the Desert, Nicole Kidman, Jay Abdo: Durée 1 :01

https://www.youtube.com/watch?v=jNFoFVtZEbE

Jay Abdo in Father revenge movie: Durée 1:37

https://www.youtube.com/watch?v=h1NiewTkpOI

BON VOYAGE TRAILER : Durée 1 :37

https://www.youtube.com/watch?v=g1Zegdh0lsk

Article publié le 03/01/2017

http://culturebox.francetvinfo.fr/cinema/stars/star-en-syrie-brisee-par-la-guerre-l-acteurjay-abdo-repart-de-zero-a-hollywood-250821

 

 

Bonne année 2017

Avec ces enfants syriens nous vous souhaitons

une agréable et heureuse année 2017;

année de paix, de justice et de sérénité

et vous remercions de votre fidélité

…………………..

Les enfants syriens vous souhaitent une bonne année 2017

Happy New Year from Syria 2017

 

AI – France, vidéo : Les réfugiés, voir pour comprendre

Qui sont les réfugié-e-s ? Pourquoi quittent-ils/elles leur pays? Quels sont leurs droits? Comment vivent les réfugié-e-s ? Pour faire le tour de la question, Amnesty International vous propose des éléments pour comprendre et agir pour le respect du seul droit qui reste quand tous les autres sont bafoués : le droit d’asile.
Protéger les personnes qui sont obligées de quitter leur pays, parfois brutalement, est une obligation. Aucun Etat ne peut y déroger.
Le travail d’Amnesty International vise justement à rappeler ces obligations et à les faire valoir en toutes circonstances.
C’est pour cela que nous appelons les autorités à :
– respecter leur devoir de solidarité en accueillant les réfugié-e-s et en soutenant les pays qui en accueillent le plus grand nombre ;
– veiller à ce que toute personne puisse solliciter l’asile et que personne ne soit renvoyé-e dans son pays d’origine si il y a un risque d’y subir des violations de ses droits ;
– mettre en place des mécanismes de surveillance pour que les droits des réfugié-e-s soient protégés ;
– agir pour que les réfugié-e-s puissent avoir accès, sans discrimination, à un travail, à un logement, à l’éducation et à la santé.

Ce travail de pression est possible parce qu’il repose sur une opinion informée qui soutient et se mobilise avec Amnesty International pour faire respecter le droit d’asile et pour protéger les réfugié-e-s.

 Vidéo d’Amnesty France :

AmnestyFrance – Ajoutée le 6 déc. 2016

L’Injustice travestie en Justice – Hongrie 2-2

Au-delà d’Ahmed H., battons-nous pour une justice indépendante en Hongrie

6 décembre 2016 par ANDRÁS JÁMBOR
L’érection d’une clôture à la frontière afin de contenir les éventuels réfugiés de guerre, n’a pas été uniquement conçue pour « défendre la Hongrie ». Sa fonction a également été de créer un terreau favorable pour la propagande gouvernementale contre ces déplacés, de provoquer des remous, et de donner lieu au type de sentence qui a frappé Ahmed H. : dix ans de réclusion et l’interdiction définitive d’entrer sur le territoire hongrois.

linjustice-travestie-en-justice-hongrie-2-2

Il fallait, dit-on, condamner Ahmed H. à tout prix, car il aurait lancé des pierres sur les policiers – bien qu’il n’y ait aucune preuve que celles-ci aient atteint leur cible, dans la mesure où l’on ne voit même pas sur les enregistrements vidéo ce qu’il a envoyé dans leur direction. Ce même jour à Röszke (le 16 septembre 2015, ndt), il aurait calmé la foule selon certains, encouragé ses compagnons à franchir la frontière selon d’autres. Si l’on regarde l’histoire judiciaire hongroise, que ce soit en 2006 (année des manifestations contre le premier ministre MSzP Ferenc Gyurcsány, ndt) ou lors d’autres événements, de tels actes n’auraient en tout cas été punis que de deux ou trois années de prison avec sursis. Mais dans la mesure où Ahmed H. représente le « réfugié » tel qu’on se plait à l’imaginer, la cour a même invoqué de façon grotesque sa religion, faisant de ce jugement une décision de justice aux motivations principalement racistes. Ahmed H. a été condamné à dix ans afin de justifier la propagande gouvernementale qui cherche à marteler dans nos esprits que le danger est toujours là. En plus de la situation personnelle dramatique d’Ahmed H., l’autre problème c’est que la Justice a participé à cette campagne.

Souvenons-nous qu’avant la modification, l’année dernière, des lois par lesquelles le Fidesz a fait d’Ahmed H. un terroriste, aucun chef d’accusation en lien avec le terrorisme n’avait été retenu contre lui, comme le rappelle son avocat commis d’office. Ce dernier fut d’ailleurs brutalement révoqué en novembre de la même année et Ahmed H. dut affronter quelques heures plus tard une inculpation pour terrorisme.

Les témoins de la défense ne furent pas entendus au cours du procès. Il y eut bien des journalistes étrangers pour rappeler qu’Ahmed H. n’avait pas harangué mais au contraire calmé la foule (ce que les enregistrements vidéo montrent effectivement), ces derniers ainsi que d’autres témoins ne furent pas qualifiés comme tels par la Justice, qui préféra recourir uniquement aux témoignages des agents de police.

C’est ainsi que furent décidées les dix années de prison, quand bien même Ahmed H. et sa femme vivent légalement depuis dix ans dans l’Union européenne et que c’est pour accompagner leur famille qu’ils se sont retrouvés au poste frontalier de Röszke. Chacun de ses actes fut motivé par la volonté d’aider sa famille – dont sa mère âgée et malade – dans sa tentative d’entrer en Europe.

Si elle s’était trouvée le lendemain à la frontière hongro-croate, la famille aurait pu entrer en Hongrie, puis se rendre en Allemagne par l’Autriche, avec l’aide de l’État hongrois (après la fermeture de la frontière entre la Hongrie et la Serbie, le flux migratoire a rapidement dévié et des dizaines de milliers de migrants ont pénétré en Hongrie sans contrôle par la frontière croate, ndt).

Mais il semble que ces circonstances ne comptent pas lorsqu’il s’agit de faire un exemple. Lorsqu’il s’agit de prouver qu’il y a par chez nous des terroristes dont il faut avoir peur.
Ahmed H. a pris dix ans de prison, alors que les faits les plus graves dont il est accusé sont d’avoir parlé avec un mégaphone et lancé des pierres. György Budaházy, à qui l’on a reproché d’avoir méthodiquement organisé des actes terroristes contre l’État de droit, avait quant à lui été condamné à treize ans de réclusion. On peut penser ce que l’on veut de Budaházy, mais regardons le ratio « explosion de bombe » / « jets de pierres » : sérieusement, treize ans pour la bombe et dix pour les pierres ?

Il y a aussi l’affaire de ce médecin qui a versé de la soude sur les organes génitaux de sa maîtresse, et qui n’a été condamné qu’à quatre ans de prison. Lequel de ces crimes est le plus grave ?

On pourrait égrener les exemples encore longtemps. peut-être fallait-il condamner Ahmed H., y compris s’il était avéré qu’il eut fait tout ceci par provocation. Mais dix ans pour ce genre d’actes, ce n’est rien d’autre que l’instrumentalisation de la Justice au service de la propagande gouvernementale, et peu importe qu’elle puisse détruire la vie d’un homme.

Au-delà de la situation d’Ahmed H., le plus inquiétant est que tout ceci soit possible, sans aucune protestation de la part de la population, sans aucune indignation du côté des médias, sans aucune contestation de l’opposition, et en plus avec l’aide de la Justice.
Ce que montre ce silence, c’est qu’une propagande mensongère aussi bruyante suffit à faire de n’importe qui un terroriste. Tant que cela fait les affaires du Fidesz, elle suffit désormais pour qu’un homme se retrouve en prison.

Source :
http://hu-lala.org/ahmed-h-justice-hongrie/

 

L’Injustice travestie en Justice – Hongrie 1-2

Un Syrien condamné pour l’exemple en Hongrie ?
1 er décembre 2016
Mercredi, un homme Syrien de quarante ans a été condamné à dix ans de prison par le Tribunal de Szeged pour avoir pénétré de force en Hongrie en septembre 2015, au plus fort de la crise migratoire.

linjustice-travestie-en-justice-hongrie-1-2

C’est entravé aux pieds et aux poignets et serré de près par des policiers anti-terroristes encagoulés qu’Ahmad H. a écouté le verdict. Après quatorze mois de détention préventive, il a écopé de dix années de prison. Deux chefs d’accusation ont été retenus contre lui : franchissement illégal de la frontière et jets de projectiles sur les forces de l’ordre. Des « actes de terrorisme » pour lesquels il encourait la prison à perpétuité. Faute de preuves solides contre lui, la Justice hongroise lui a infligé la peine minimale prévue par le Code pénal. La Défense a fait appel de ce jugement rendu en première instance…tout comme le Procureur de la République.

Le 15 septembre 2015, le gouvernement de Viktor Orban avait fait sceller sa frontière avec la Serbie pour bloquer le flux des migrants sur la « Route des Balkans ». Une foule s’était amassée le long des barbelés dans les heures suivantes. Quelques dizaines d’hommes s’en étaient pris aux forces de l’ordre en lançant des projectiles en leur direction, échaudés par la tension latente et par des déclarations de la chancelière allemande Angela Merkel interprétées trop rapidement comme des laisser-passer. Retranchées de l’ordre de l’autre côté de la barrière, celles-ci avaient répliqué avec des gaz lacrymogène et des canons à eau, blessant légèrement une centaine de personnes. Dans la confusion, plusieurs dizaines de personnes avaient réussi à pénétrer sur le territoire hongrois, dont Ahmad. Il sera arrêté plusieurs jours plus tard à Budapest, en possession des passeports de ses proches, ce qui sera abondamment présenté dans la presse pro-gouvernementale comme la preuve que la police tient un terroriste.

Vidéo : The Battle of Röszke: https://vimeo.com/140042206

Pour les organisations d’aide aux réfugiés qui soutiennent l’accusé (AI, Comité Helsinki, Migszol), la sévérité du jugement dépasse l’entendement. Le sort de ce père de famille apparait d’autant plus cruel qu’il n’était lui-même pas clandestin, mais résident à Chypre et donc en possession de documents qui lui permettaient de voyager librement et en toute légalité dans l’espace Schengen. C’est en effet pour aider ses parents âgés et d’autres membres de sa famille fuyant la Syrie en guerre qu’il les avait rejoints sur la « Route des Balkans », comme le relate Amnesty International :

« Tandis que ses parents, qui sont âgés, se lançaient dans le périlleux voyage qui les amèneraient jusqu’en Turquie avec son frère, sa belle-sœur, ses nièces et ses neveux, Ahmed prenait ses dispositions afin de mettre sa vie entre parenthèses et les aider à atteindre un lieu sûr en Europe. Sa connaissance de l’anglais et du grec, ainsi que son statut de résident de l’Union européenne aideraient, pensait-il, à faciliter leur périple. »

La Justice a-t-elle voulu faire un exemple ? Plus d’un an après la fermeture de sa frontière et deux mois après l’échec de son référendum pour s’opposer aux quotas de migrants de la Commission européenne, le gouvernement hongrois continue à faire du « péril migratoire » un enjeu électoral. La pression risque d’être maximale sur lui pour la libération d’Ahmad H.. Le verdict a en effet été énoncé en présence de l’ambassadeur de Chypre, d’un représentant de l’Ambassade des États-Unis et d’Amnesty International.

Source :

http://hu-lala.org/syrien-condamne-terrorisme-hongrie/