Revivre rejoint l’appel à la Marche « Ensemble pour la Syrie Libre »

A l’occasion du 7ème anniversaire de la révolution syrienne

Revivre rejoint l’appel à la Marche « Ensemble pour la Syrie Libre » le dimanche 18 mars 2018

Znsemble our la Syrie Libre

Les Syriens, qu’ils soient arabes, kurdes ou d’autres communautés, n’en peuvent plus d’être la chair à canon du régime et des États (Russie, Iran, Turquie, États Unis) qui font de la Syrie leur terrain de jeu.

Les Syriens ne sont plus dupes des retournements d’alliance de leurs vraisfaux amis.

Les Syriens ne sont plus dupes de ces vraiesfausses « zones de désescalade » : 774 civils tués en janvier 2018 (bilan du SNHR), plus de 1000 morts dont 230 enfants au seuil de la mi-mars 2018.

Les Syriens ne sont plus dupes de ces vraiesfausses « lignes rouges » que seraient l’utilisation des armes chimiques et le non-accès de l’aide alimentaire : les attaques au chlore continuent, la population est affamée, des enfants meurent faute de soins, notamment dans La Ghouta, en banlieue de Damas.

Les Syriens ne sont plus dupes de ces vraies-fausses négociations à Astana , Sotchi …

En mars 2011 ils sont descendus par millions, pacifiquement , dans les villes et les villages du pays, pour réclamer la liberté et la démocratie ; la Communauté Internationale en les abandonnant leur fait payer un très lourd tribut.

¨ Plus de 500.000 morts (les Nations Unies ont déclaré arrêter de compter depuis 2 ans).

¨ Des dizaines de milliers de disparus, torturés à mort dans les prisons du régime.

¨ Le viol et la torture institutionnalisés dans les prisons du régime.

¨ Un pays détruit, des millions de déplacés, des centaines de milliers d’exilés.

Est-il concevable d’engager une transition démocratique dans le cadre d’un système politique ayant à sa tête Bachar Al Assad et son clan, responsables de crimes contre l’humanité contre les civils, et d’envisager son impunité ?

Nous en appelons à la société civile française et aux responsables politiques ; qu’ils aient le courage et la lucidité de faire respecter la Résolution 2254 adoptée par le Conseil de Sécurité à l’unanimité, dont l’objet est l’application intégrale du Communiqué de Genève du 30 juin 2012, sur le fondement d’une transition politique sous contrôle de l’ONU conduite par les Syriens visant à mettre fin au conflit syrien. Cela passe par l’arrêt de toute attaque contre les civils, la libération des prisonniers politiques, le libre accès des aides humanitaires, des élections libres sous contrôle international.

Dans les zones libérées par la mobilisation de la société civile, les Syriens ont démontré leur capacité à prendre en main un avenir libre et démocratique de leur pays. Plus jamais ils n’accepteront d’être sous le joug d’une dictature, que ce soit celle d’un clan, d’un parti ou d’une religion.

Dimanche 18 Mars 2018 à 16 heures à Paris

Marche de la Place du Châtelet à la Place Edmond Michelet

Prises de parole et animations à l’arrivée

Organisations : Collectif pour une Syrie libre et démocratique (PSLD) ; Souria Houria ; REVIVRE ; Caravane Culturelle Syrienne (CCS) ; Collectif des Amis d’Alep ; Révolution syrienne en France ; La Déclaration de Damas ; Mouvement politique féminin syrien (SWPM) ; Appel Solidarité Syrie ; Memorial98 ; Syrie Moderne, Démocratique et Laïque (MDL) ; Syriens Chrétiens pour la Paix (SCP) ; Comité Syrie Europe après Alep ; ASML Syrie ; Association MEDINA ; ComSyr57 ; EUROMÉD ; Ligue des Droits de l’Homme (LDH) ; Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples (MRAP) ; ATTAC ; Ligue de l’Enseignement ; Solidarité Laïque ; Méditerranée heureuse ; Cosmopolitan Foundation Project (CFP) ; CEDETIM ; IPAM ; Assemblée européenne des citoyens (HCA-France) ; Union Syndicale SOLIDAIRES ; FSU (Fédération Syndicale Unitaire) ; SNESUP (Syndicat national de l’Enseignement supérieur) ; UNEF (Union nationale des étudiants de France) ; PS (Parti Socialiste) ; ENSEMBLE (Mouvement pour une Alternative de Gauche alternative et solidaire) ; EELV (Europe-Écologie-Les-Verts) ; GÉNÉRATION · S, le Mouvement ;

Personnalités : Corinne BLONDEL, chargée de recherche au CNRS ; Sophie CLUZAN, archéologue et spécialiste du patrimoine syrien ; Catherine COQUIO, Professeure de littérature à l’université Paris-Diderot ; Bernard DREANO (HCA) ; Laura Ruiz de ELVIRA CARRASCAL, Chargée de recherche à l’IRD ; Claude FISCHER-HERZORG, directrice des Entretiens Européens et Eurafricains ; José GARÇON, Journaliste ; Raphaël GLÜCKSMANN, Essayiste ; Quentin GUILLEMAIN, Pdt de CFP ; Benoît HAMON, ancien ministre ; Philippe HERZOG, ancien député européen et président fondateur de Confrontations Europe ; Joël HUBRECHT, Juriste ; Annie LAHMER, Conseillère régionale d’Île de France ; Marc LEBEAU, Archéologue, Bruxelles ; Franck MERMIER, Directeur de recherche au CNRS ; Jean-Pierre MICHEL, membre honoraire du Parlement ; Samira MOBAIED, Opposante et écrivaine syrienne, présidente de SCP ; Michel MORZIERE, Président d’honneur de Revivre ; René NATOWICZ, Professeur de Mathématiques Appliquées ; Raphaël PITTI, Médecin humanitaire ; Christine REVAULT D’ALLONNES BONNEFOY, Députée Européenne (Île-de-France, Français de l’étranger) ; Mohamad AL ROUMI, photographe, réalisateur (CCS) ; Béatrice SOULÉ, Réalisatrice ; Claude SZATAN (HCA) ; Emmanuel WALLON, Professeur de Sociologie politique à l’Université Paris Nanterre ;

Journée de solidarité avec les femmes syriennes, le 11 mars 2018

Revivre participe à l’organisation de la journée de solidarité avec les femmes syriennes (contre le viol des femmes dans les prisons du régime) qui aura lieu le Dimanche  11 mars (de 15h30 à 19h.)  à l’Institut du monde arabe à Paris.

Journee_solidarite_femmes_syrienne 1

Programme de la journée :

15h30 : Accueil
15h45-17h15 : Table Ronde «Le viol, une arme de destruction»
Modérée par Catherine Coquio, professeur à l’université Paris 7, responsable du
groupe de recherches Littérature et savoirs à l’épreuve de la violence politique.
Intervenants :

  • Mariah al Abdeh, directrice exécutive de l’ONG syrienne Women Now for Development
  • Eric Sandlarz, psychologue clinicien-psychanalyste au Centre Primo Levi
  • Joël Hubrecht, chercheur associé à l’Institut des Hautes Études sur la Justice
  • Nina Walch, coordinatrice crises et conflits armés à Amnesty international.
  • Lecture de témoignages par Dominique Blanc, Darina Al-Joundi et Leyla-Claire Rabih.

17h15-17h30 : Interlude musical par Naïssam Jalal et Mohanad Aljaramani.
17h30 : Projection du film Le Cri étouffé en présence de Manon Loizeau et d’Annick Coajean.
18h45 : Clôture avec les auteures du film.

Le  lien vers l’événement sur le site de l’IMA https://www.imarabe.org/fr/rencontres-debats/journee-de-solidarite-avec-les-femmes-syriennes

Evènement Facebook :  https://www.facebook.com/events/1763283283978288/

L’Assemblée Générale ordinaire de Revivre, le 10 mars

Cher-ère Adhérent-e, Cher-ère Ami-e de Revivre,

Nous avons le plaisir de vous informer que la prochaine Assemblée Générale Ordinaire de notre association se tiendra :

Samedi 10 mars 2018 à 10h30

A la Maison de la Sagesse

13 bis, rue Abel Gance – Paris 75013

(Métro Quai de la Gare, ligne 6, ou Bibliothèque François Mitterrand, lignes 14 ou C)

L’ordre du jour:

– Présentation et approbation du rapport d’activité 2017

– Présentation et approbation du rapport financier 2017

– Présentation du budget prévisionnel 2018, débat puis vote sur les orientations

– Election du conseil d’administration

– Questions

Pour commencer la matinée dans la convivialité, nous vous invitons à prendre un petit déjeuner à partir de 10h00.

Nous terminerons la matinée autour du pot de l’amitié.A G Revivre

Un jeune réfugié syrien reçoit le Prix international de la Paix des Enfants

Un jeune réfugié syrien reçoit un prestigieux prix pour la construction d’une école dans la Békaa

Lors de la remise de prix, à La Haye, l’adolescent a demandé au monde de lui « donner une chance ».

Le 04/12/2017

Prix

Mohammad al-Joundi (à d.), lauréat du Prix international de la Paix des Enfants, remis par Malala Yousafzai, Prix Nobel de la Paix en 2014 (à g.), le 4 décembre 2017, à La Haye, aux Pays-Bas. AFP / ANP / Robin van Lonkhuijsen

Un adolescent syrien ayant fui la guerre a reçu lundi le Prix international de la Paix des Enfants, lançant à cette occasion un plaidoyer pour que le monde voie ses concitoyens réfugiés comme des « gens normaux ».

« Nous voulons juste que les gens nous donnent une chance pour faire nos preuves », a expliqué Mohammad Al Joundi à l’AFP à La Haye, où il recevait le prestigieux prix qui récompense chaque année depuis 2005 un mineur pour son engagement pour les droits des enfants. « Je peux promettre que nous sommes des gens comme eux, nous vivons dans le même monde », a poursuivi le jeune homme de 16 ans.

Le jeune homme, qui a fui avec sa famille les combats dans son village dans les environs de Hama, a eu l’idée, à seulement 12 ans, de construire une école dans un camp de réfugiés près de Chtaura, dans la Békaa, avec l’aide de sa famille et de volontaires. En trois ans, 200 enfants réfugiés sont passés dans cette école où Mohammad a enseigné l’anglais, les mathématiques et sa passion, la photographie. « C’est souvent à travers leurs photos que l’on peut vraiment voir qui sont réellement ces enfants qui ne font plus confiance à personne », traumatisés par ce qu’ils ont vécu, estime Mohammad, qui a reçu sa récompense des mains de Malala Yousafzai, lauréate en 2013 et Prix Nobel de la Paix en 2014.

La guerre en Syrie a fait plus de 340.000 morts depuis son déclenchement en mars 2011, et plus de cinq millions de personnes ont fui le pays, d’après l’OSDH. Quelque 2,5 millions d’enfants se trouvent actuellement dans des camps, notamment au Liban, en Turquie et en Jordanie.

« L’avenir de la Syrie est entre les mains de ses enfants, et leur avenir dépend de l’éducation », a réagi Malala Yousafzai, citée dans le communiqué de la fondation Kidsrights, organisatrice du prix. « En dépit de tout ce qu’ils ont vécu, Mohammad et sa famille ont permis à de nombreux enfants d’aller à l’école. Je suis fière de soutenir ses efforts », a poursuivi la jeune Pakistanaise.

Mais les réfugiés syriens sont parfois confrontés à des réactions hostiles, notamment en Europe. « Mon message aux personnes qui ne veulent pas que les réfugiés soient là est que nous n’avons pas voulu venir non plus. Mais ça, c’est la guerre », a expliqué Mohammad al-Joundi, qui vit aujourd’hui en Suède avec son père, sa mère et sa sœur étant encore au Liban. « Commencez par nous traiter comme des gens normaux, pas comme des réfugiés ou des migrants », a répété le jeune homme.

Le Prix international de la Paix des Enfants est doté de 100 000 euros qui sont investis dans des projets liés à la cause du lauréat.

Source : L’Orient Le Jour

https://www.lorientlejour.com/article/1087561/un-jeune-refugie-syrien-recoit-un-prestigieux-prix-pour-la-construction-dune-ecole-dans-la-bekaa.html

Bordeaux: guide pour l’intégration des réfugiés en France

Des Bordelais publient un guide pour aider les réfugiés à s’intégrer en France

Par Walid Salem, Co-fondateur de Rue89 Bordeaux et directeur de la publication

Le  04/12/2017

Comment accompagner les personnes qui obtiennent un statut de réfugié en France pour leur permettre une meilleure intégration ? Une équipe bordelaise de travailleurs sociaux, artistes et réfugiés viennent de publier le premier guide pour y répondre.

« On m’accepte et c’est comme un engagement que je dois tenir. Pour les réfugiés, les aides se font sur les salaires des autres. Si tu travailles, tu participes toi aussi. […] C’est comme une façon de vivre ensemble. »

Abeer est un réfugié Irakien arrivé en France en 2015. Avec d’autres réfugiés venus de plusieurs pays, il a accompagné une équipe bordelaise à la réalisation du « Guide du réfugié » (version numérique sur ce lien) . Sortie officiellement ce lundi 4 décembre, cette publication est une première du genre :

« Un tel guide n’existait pas, précise la présentation. D’autres outils ont été créés pour les demandeurs d’asiles, les migrants, les immigrés mais pas un Guide pour les réfugiés statutaires. Peu d’associations s’occupent de ces réfugiés une fois le statut obtenu, au moment où commence réellement l’intégration dans la société française et que se posent de nombreux problèmes concrets. »

Réussir l’intégration

30 000 personnes obtiennent en moyenne le statut de réfugié chaque année en France. Pour leurs permettre ensuite de réussir leur intégration dans la société française, Anne Rouffi (cheffe de service du pôle intégration au Centre d’accueil pour demandeurs d’asile), Christophe Dabitch (écrivain), Cami (dessinatrice), et Laurent Labat (graphiste), ont imaginé avec l’association Welcome Bordeaux un outil clair et pratique pour les aider dans les démarches nécessaires pour apprendre la langue française, faire la demande d’une carte de séjour, connaître les conditions pour obtenir un logement, s’assurer une couverture santé…

« L’obtention du statut de bénéficiaire de la protection internationale en France signifie l’entrée concrète et de plein droit dans la société française. Après le départ de leurs pays et l’exil, la demande d’asile semble pour les réfugiés un aboutissement, mais cette étape est en fait le début d’un long parcours fait de démarches concrètes, de complexités administratives, d’apprentissage de la langue, de recherche d’emploi et de logement, d’insertion sociale et culturelle… L’après statut s’avère ainsi un temps difficile durant lequel certains traumatismes du passé peuvent également resurgir », explique Anne Rouffi.

Cette publication, éditée en version papier bilingue français et anglais, mais aussi en plusieurs versions numériques en quatre langues (français-anglais-russe-arabe) s’adresse également aux travailleurs sociaux, associations, organisations, bénévoles et institutions, qui travaillent aux côtés des réfugiés.

le-guide-du-refugie-couverture-guide-numerique

Un travail commun

En plus d’Abeer, Hosam le Palestinien, Joseph le Congolais, Anna la Russe, et bien d’autres, ont apporté leurs témoignages et leurs parcours de vie. Leurs expériences ont permis à l’équipe éditoriale d’aborder tout un éventail de renseignements allant jusqu’aux principaux textes de loi et règlements spécifiques concernant les réfugiés sur le sol français tout en évitant un langage « trop administratif ».

Les différentes parties sont ponctuées par des bandes dessinées tirées des témoignages des réfugiés.

« L’originalité du guide est, entre autres, ce travail commun entre réfugiés, travailleurs sociaux et artistes avec les objectifs d’une compréhension et d’une consultation facilitée de même qu’une information au plus près de la réalité », explique Christophe Dabitch.

Amnesty International France et JRS France (Jesuit Refugee Service) ainsi que de nombreuses associations (Cimade, Gisti, France Terre d’Asile, Action Emploi Réfugié, Forum réfugié, Singa, FNARS, Médecins du monde, etc.) apportent leur soutien au Guide du réfugié. Deux mécènes privés, qui souhaitent rester anonymes, ont permis de financer le projet démarré en 2016 de même que le Conseil départemental de la Gironde.

Source : http://rue89bordeaux.com/2017/12/bordelais-publient-guide-refugie-faciliter-integration-france/

« De l’ardeur » Prix Renaudot 2017

Justine Augier, vient d’être couronnée du Prix Renaudot 2017, dans la catégorie Essais, pour son livre « De l’ardeur » paru cette année en septembre aux Éditions Actes Sud.

« De l’ardeur » reconstitue le portrait de Razan Zaitouneh, avocate syrienne, militante des droits de l’homme, figure de la dissidence syrienne. Elle a créé le centre « VDC » – Violations Documentation Center in Syria –  qui archivait les crimes commis par le régime, et sans épargner ceux des groupes intégristes, elle recueillait les témoignages  des détenus survécus à la torture dans les prisons et les centres de détention. Le 10 décembre 2013, elle a été enlevée avec trois de ses compagnons de lutte , dont son mari, par des individus masqués. Depuis lors, aucune nouvelle sur leur sort.

Denier paragraphe d’un ancien article de Razan Zaitouneh , écrit à Ghouta, dans les faubourgs de Damas et traduit de l’arabe par Rania Samara :

 « La route est encore longue, elle est semée d’obstacles et de mines. Au bout, elle est encore bloquée et, par-delà, c’est l’inconnu. Plus tard, après le siège, après la révolution, après la guerre, il y aura toujours ce rêve unique qui nous unit. C’est comme si, munis de pioches, nous formons une longue chaîne humaine qui avance lentement, qui avance sûrement, vers la fin de la route. Béni soit celui qui y parviendra ! »

1 De l'ardeur 3

Vidéo: Justine Augier – De l’ardeur : histoire de Razan Zaitouneh, avocate syrienne

 

 

Programme d’apprentissage du français برنامج تعلم اللغة الفرنسية

Programme d’apprentissage du français et d’aide à l’insertion professionnelle

برنامج تعلم اللغة الفرنسية والمساعدة على الاندماج المهني

Inscription pour l’année 2017 – 2018  التسجيل للعام الدراسي

النص بالعربي يلي الفرنسي

aprentissage français

L’association Revivre, qui vient en aide aux demandeur-deuse-s d’asile et réfugié-e-s syrien-ne-s, propose, pour la 2ème année, un programme d’apprentissage du français et d’aide à l’insertion professionnelle, destiné aux demandeur-deuse-s d’asile et réfugié-e-s syrien-ne-s.

Ce programme accueillera deux groupes :

1/ Un premier groupe de personnes, arrivées en France récemment ou depuis un an, ne parlant pas du tout ou très peu le français (niveau A0 et A1), non étudiants.

2/ Un deuxième groupe de personnes, arrivées depuis plus d’un an ou plus, ayant déjà un niveau de connaissance du français niveau A2 validé.

Les candidatures de femmes sont particulièrement appréciées

Inscription jusqu’au 29 septembre 2017

Pour s’inscrire :

A- Contacter la permanence d’accueil de l’association Revivre via l’email : refugiesrevivre@gmail.com

B- Ou se rendre au bureau de la Permanence à l’adresse :

Mairie du 20ème, 6 place Gambetta 75020 Paris (Ligne 3 – Métro : Gambetta). Bureau 112 E et D

Horaires: jeudi  – 14h-17h

L’équipe Permanence de Réfugié-e-s Syrien-ne-s de l’association Revivre

جمعية روفيفر، التي تساعد اللاجئين وطالبي اللجوء السوريين، تقدم للعام الثاني على التوالي برنامج تعلم اللغة الفرنسية والمساعدة على الاندماج المهني، وهذا البرنامج موجه لمجموعتين

المجموعة الأولى تستقبل الذين وصلوا إلى فرنسا مؤخراً أو منذ عام، ولا يتكلمون اللغة الفرنسية أو يعرفون الزهيد منها أي بمستوى (آـ0 و آـ1) على ألا يكونوا طلاباً

المجموعة  الثانية تستقبل الذين وصلوا إلى فرنسا منذ عام أو أكثر، ممن لهم إلمام بالفرنسية والذين وصلوا لمستوى : آـ2

 * نقدر بشكل خاص طلبات النساء لإتباع إحدى الدورتين

يتم التسجيل لغاية 29 أيلول/ سبتمبر 2017 ، في مكتب جمعية روفيفر، عن طريق البريد الالكتروني المذكور أدناه، أو بالحضور إلى المكتب خلال أوقات الدوام المذكورة لاحقاً للتسجيل في الدورة

البريد الالكتروني لمكتب روفيفر

refugiesrevivre@gmail.com

عنوان المكتب

Mairie du 20ème, 6 place Gambetta 75020 Paris

(Ligne 3 – Métro : Gambetta)

Bureau 112 E et D

أوقات الدوام للتسجيل في الدورة 

الخميس من الساعة الثانية بعد الظهر إلى الخامسة

مع تحيات مكتب استقبال اللاجئين السوريين لجمعية روفيفر

 

 

Fadwa Suleiman, repose en paix

Portée par la soif de liberté et de changement qui enflammait les rues, Fadwa avait renoncé au statut que lui conférait son métier d’actrice de la production cinématographique « officielle », ce qui lui valut d’être ostracisée par le pouvoir des Assad. Son chemin de croix commençait…

Pasionaria, elle l’a été à Homs d’abord, ensuite en France où elle avait  dû se réfugier, elle n’a eu de cesse de porter la  voix de la jeunesse syrienne.

Son combat pour faire vivre cette révolution  ne prend pas fin avec sa disparition;  le mal qui l’a rongé a été aussi dévastateur que celui qui s’abat sur tout son peuple,  elle l’a emporté avec elle dans son exil sans s’y  résigner.

C’est pourquoi ce combat, le combat de tous les démocrates syriens pour la liberté et la dignité reste bien vivant.

 

Syrian Alawite actress Fadwa Suleiman speaks to Reuters in an interview over Skype from an undisclosed location in Homs December 14, 2011. REUTERS/Ali Jarekji

Coupure d’écran d’une interview de Fadwa Suleiman avec Reuters, via Skype à partir d’un lieu non divulgué à Homs le 14 décembre 2011- Ali Jarekji

à la pleine lune 1 - Fadwa Suleiman 1

À la pleine lune, Fadwa Suleiman, poésie,traduit de l’arabe par Nabil el Azan, parut en mai 2014, éditions Le Soupirail – Prix de Découvreurs 2016

 

Lettre aux adhérent(e)s et aux ami(e)s

Cher(e)s adhérent(e)s, Cher(e)s ami(e)s,

Nous avons le grand plaisir de vous présenter la nouvelle plaquette de l’association Revivre, jointe à ce mail. Elle nous permet de vous donner un aperçu complet et synthétique des activités de Revivre qui se sont sensiblement développées ces derniers mois.

Parmi celles-ci, nous attirons votre attention sur deux initiatives lancées récemment :

Le programme d’apprentissage du français et d’aide à l’insertion professionnelle, destiné à des Syriens, demandeurs d’asile ou bénéficiaires du statut de réfugié dont un tiers de femmes. Ce programme est adapté à un public désirant trouver un emploi, et répond ainsi à un enjeu désormais primordial d’intégration de ces derniers dans la société française.

Le fonctionnement d’une clinique mobile et le développement d’une clinique dentaire, en partenariat avec l’association Medina, destinées aux zones rurales du nord de la Syrie. Face aux ravages de la guerre, assurer la continuité des soins médicaux est indispensable pour préserver la vie de ceux qui restent sur place.

Nous comptons sur votre soutien pour renforcer la pérennité de nos initiatives, qui aident à faire « Revivre la Syrie et les Syriens ».

Pour participer à ces actions vous pouvez envoyer vos dons qui donneront lieu à un reçu fiscal par chèque libellé au nom de Revivre ou par règlement électronique sécurisé sur le site :

http://hopeclic.org/revivre-association-loi-1901/

Adresser vos dons : Maison du Citoyen et de la Vie Associative

16, rue du Révérend – Père Lucien Aubry – 94120  Fontenay sous Bois.

Cordialement

Le Bureau de Revivre

0001

0002