Un jeune réfugié syrien reçoit le Prix international de la Paix des Enfants

Un jeune réfugié syrien reçoit un prestigieux prix pour la construction d’une école dans la Békaa

Lors de la remise de prix, à La Haye, l’adolescent a demandé au monde de lui « donner une chance ».

Le 04/12/2017

Prix

Mohammad al-Joundi (à d.), lauréat du Prix international de la Paix des Enfants, remis par Malala Yousafzai, Prix Nobel de la Paix en 2014 (à g.), le 4 décembre 2017, à La Haye, aux Pays-Bas. AFP / ANP / Robin van Lonkhuijsen

Un adolescent syrien ayant fui la guerre a reçu lundi le Prix international de la Paix des Enfants, lançant à cette occasion un plaidoyer pour que le monde voie ses concitoyens réfugiés comme des « gens normaux ».

« Nous voulons juste que les gens nous donnent une chance pour faire nos preuves », a expliqué Mohammad Al Joundi à l’AFP à La Haye, où il recevait le prestigieux prix qui récompense chaque année depuis 2005 un mineur pour son engagement pour les droits des enfants. « Je peux promettre que nous sommes des gens comme eux, nous vivons dans le même monde », a poursuivi le jeune homme de 16 ans.

Le jeune homme, qui a fui avec sa famille les combats dans son village dans les environs de Hama, a eu l’idée, à seulement 12 ans, de construire une école dans un camp de réfugiés près de Chtaura, dans la Békaa, avec l’aide de sa famille et de volontaires. En trois ans, 200 enfants réfugiés sont passés dans cette école où Mohammad a enseigné l’anglais, les mathématiques et sa passion, la photographie. « C’est souvent à travers leurs photos que l’on peut vraiment voir qui sont réellement ces enfants qui ne font plus confiance à personne », traumatisés par ce qu’ils ont vécu, estime Mohammad, qui a reçu sa récompense des mains de Malala Yousafzai, lauréate en 2013 et Prix Nobel de la Paix en 2014.

La guerre en Syrie a fait plus de 340.000 morts depuis son déclenchement en mars 2011, et plus de cinq millions de personnes ont fui le pays, d’après l’OSDH. Quelque 2,5 millions d’enfants se trouvent actuellement dans des camps, notamment au Liban, en Turquie et en Jordanie.

« L’avenir de la Syrie est entre les mains de ses enfants, et leur avenir dépend de l’éducation », a réagi Malala Yousafzai, citée dans le communiqué de la fondation Kidsrights, organisatrice du prix. « En dépit de tout ce qu’ils ont vécu, Mohammad et sa famille ont permis à de nombreux enfants d’aller à l’école. Je suis fière de soutenir ses efforts », a poursuivi la jeune Pakistanaise.

Mais les réfugiés syriens sont parfois confrontés à des réactions hostiles, notamment en Europe. « Mon message aux personnes qui ne veulent pas que les réfugiés soient là est que nous n’avons pas voulu venir non plus. Mais ça, c’est la guerre », a expliqué Mohammad al-Joundi, qui vit aujourd’hui en Suède avec son père, sa mère et sa sœur étant encore au Liban. « Commencez par nous traiter comme des gens normaux, pas comme des réfugiés ou des migrants », a répété le jeune homme.

Le Prix international de la Paix des Enfants est doté de 100 000 euros qui sont investis dans des projets liés à la cause du lauréat.

Source : L’Orient Le Jour

https://www.lorientlejour.com/article/1087561/un-jeune-refugie-syrien-recoit-un-prestigieux-prix-pour-la-construction-dune-ecole-dans-la-bekaa.html

Bordeaux: guide pour l’intégration des réfugiés en France

Des Bordelais publient un guide pour aider les réfugiés à s’intégrer en France

Par Walid Salem, Co-fondateur de Rue89 Bordeaux et directeur de la publication

Le  04/12/2017

Comment accompagner les personnes qui obtiennent un statut de réfugié en France pour leur permettre une meilleure intégration ? Une équipe bordelaise de travailleurs sociaux, artistes et réfugiés viennent de publier le premier guide pour y répondre.

« On m’accepte et c’est comme un engagement que je dois tenir. Pour les réfugiés, les aides se font sur les salaires des autres. Si tu travailles, tu participes toi aussi. […] C’est comme une façon de vivre ensemble. »

Abeer est un réfugié Irakien arrivé en France en 2015. Avec d’autres réfugiés venus de plusieurs pays, il a accompagné une équipe bordelaise à la réalisation du « Guide du réfugié » (version numérique sur ce lien) . Sortie officiellement ce lundi 4 décembre, cette publication est une première du genre :

« Un tel guide n’existait pas, précise la présentation. D’autres outils ont été créés pour les demandeurs d’asiles, les migrants, les immigrés mais pas un Guide pour les réfugiés statutaires. Peu d’associations s’occupent de ces réfugiés une fois le statut obtenu, au moment où commence réellement l’intégration dans la société française et que se posent de nombreux problèmes concrets. »

Réussir l’intégration

30 000 personnes obtiennent en moyenne le statut de réfugié chaque année en France. Pour leurs permettre ensuite de réussir leur intégration dans la société française, Anne Rouffi (cheffe de service du pôle intégration au Centre d’accueil pour demandeurs d’asile), Christophe Dabitch (écrivain), Cami (dessinatrice), et Laurent Labat (graphiste), ont imaginé avec l’association Welcome Bordeaux un outil clair et pratique pour les aider dans les démarches nécessaires pour apprendre la langue française, faire la demande d’une carte de séjour, connaître les conditions pour obtenir un logement, s’assurer une couverture santé…

« L’obtention du statut de bénéficiaire de la protection internationale en France signifie l’entrée concrète et de plein droit dans la société française. Après le départ de leurs pays et l’exil, la demande d’asile semble pour les réfugiés un aboutissement, mais cette étape est en fait le début d’un long parcours fait de démarches concrètes, de complexités administratives, d’apprentissage de la langue, de recherche d’emploi et de logement, d’insertion sociale et culturelle… L’après statut s’avère ainsi un temps difficile durant lequel certains traumatismes du passé peuvent également resurgir », explique Anne Rouffi.

Cette publication, éditée en version papier bilingue français et anglais, mais aussi en plusieurs versions numériques en quatre langues (français-anglais-russe-arabe) s’adresse également aux travailleurs sociaux, associations, organisations, bénévoles et institutions, qui travaillent aux côtés des réfugiés.

le-guide-du-refugie-couverture-guide-numerique

Un travail commun

En plus d’Abeer, Hosam le Palestinien, Joseph le Congolais, Anna la Russe, et bien d’autres, ont apporté leurs témoignages et leurs parcours de vie. Leurs expériences ont permis à l’équipe éditoriale d’aborder tout un éventail de renseignements allant jusqu’aux principaux textes de loi et règlements spécifiques concernant les réfugiés sur le sol français tout en évitant un langage « trop administratif ».

Les différentes parties sont ponctuées par des bandes dessinées tirées des témoignages des réfugiés.

« L’originalité du guide est, entre autres, ce travail commun entre réfugiés, travailleurs sociaux et artistes avec les objectifs d’une compréhension et d’une consultation facilitée de même qu’une information au plus près de la réalité », explique Christophe Dabitch.

Amnesty International France et JRS France (Jesuit Refugee Service) ainsi que de nombreuses associations (Cimade, Gisti, France Terre d’Asile, Action Emploi Réfugié, Forum réfugié, Singa, FNARS, Médecins du monde, etc.) apportent leur soutien au Guide du réfugié. Deux mécènes privés, qui souhaitent rester anonymes, ont permis de financer le projet démarré en 2016 de même que le Conseil départemental de la Gironde.

Source : http://rue89bordeaux.com/2017/12/bordelais-publient-guide-refugie-faciliter-integration-france/

« De l’ardeur » Prix Renaudot 2017

Justine Augier, vient d’être couronnée du Prix Renaudot 2017, dans la catégorie Essais, pour son livre « De l’ardeur » paru cette année en septembre aux Éditions Actes Sud.

« De l’ardeur » reconstitue le portrait de Razan Zaitouneh, avocate syrienne, militante des droits de l’homme, figure de la dissidence syrienne. Elle a créé le centre « VDC » – Violations Documentation Center in Syria –  qui archivait les crimes commis par le régime, et sans épargner ceux des groupes intégristes, elle recueillait les témoignages  des détenus survécus à la torture dans les prisons et les centres de détention. Le 10 décembre 2013, elle a été enlevée avec trois de ses compagnons de lutte , dont son mari, par des individus masqués. Depuis lors, aucune nouvelle sur leur sort.

Denier paragraphe d’un ancien article de Razan Zaitouneh , écrit à Ghouta, dans les faubourgs de Damas et traduit de l’arabe par Rania Samara :

 « La route est encore longue, elle est semée d’obstacles et de mines. Au bout, elle est encore bloquée et, par-delà, c’est l’inconnu. Plus tard, après le siège, après la révolution, après la guerre, il y aura toujours ce rêve unique qui nous unit. C’est comme si, munis de pioches, nous formons une longue chaîne humaine qui avance lentement, qui avance sûrement, vers la fin de la route. Béni soit celui qui y parviendra ! »

1 De l'ardeur 3

Vidéo: Justine Augier – De l’ardeur : histoire de Razan Zaitouneh, avocate syrienne

 

 

Programme d’apprentissage du français برنامج تعلم اللغة الفرنسية

Programme d’apprentissage du français et d’aide à l’insertion professionnelle

برنامج تعلم اللغة الفرنسية والمساعدة على الاندماج المهني

Inscription pour l’année 2017 – 2018  التسجيل للعام الدراسي

النص بالعربي يلي الفرنسي

aprentissage français

L’association Revivre, qui vient en aide aux demandeur-deuse-s d’asile et réfugié-e-s syrien-ne-s, propose, pour la 2ème année, un programme d’apprentissage du français et d’aide à l’insertion professionnelle, destiné aux demandeur-deuse-s d’asile et réfugié-e-s syrien-ne-s.

Ce programme accueillera deux groupes :

1/ Un premier groupe de personnes, arrivées en France récemment ou depuis un an, ne parlant pas du tout ou très peu le français (niveau A0 et A1), non étudiants.

2/ Un deuxième groupe de personnes, arrivées depuis plus d’un an ou plus, ayant déjà un niveau de connaissance du français niveau A2 validé.

Les candidatures de femmes sont particulièrement appréciées

Inscription jusqu’au 29 septembre 2017

Pour s’inscrire :

A- Contacter la permanence d’accueil de l’association Revivre via l’email : refugiesrevivre@gmail.com

B- Ou se rendre au bureau de la Permanence à l’adresse :

Mairie du 20ème, 6 place Gambetta 75020 Paris (Ligne 3 – Métro : Gambetta). Bureau 112 E et D

Horaires: jeudi  – 14h-17h

L’équipe Permanence de Réfugié-e-s Syrien-ne-s de l’association Revivre

جمعية روفيفر، التي تساعد اللاجئين وطالبي اللجوء السوريين، تقدم للعام الثاني على التوالي برنامج تعلم اللغة الفرنسية والمساعدة على الاندماج المهني، وهذا البرنامج موجه لمجموعتين

المجموعة الأولى تستقبل الذين وصلوا إلى فرنسا مؤخراً أو منذ عام، ولا يتكلمون اللغة الفرنسية أو يعرفون الزهيد منها أي بمستوى (آـ0 و آـ1) على ألا يكونوا طلاباً

المجموعة  الثانية تستقبل الذين وصلوا إلى فرنسا منذ عام أو أكثر، ممن لهم إلمام بالفرنسية والذين وصلوا لمستوى : آـ2

 * نقدر بشكل خاص طلبات النساء لإتباع إحدى الدورتين

يتم التسجيل لغاية 29 أيلول/ سبتمبر 2017 ، في مكتب جمعية روفيفر، عن طريق البريد الالكتروني المذكور أدناه، أو بالحضور إلى المكتب خلال أوقات الدوام المذكورة لاحقاً للتسجيل في الدورة

البريد الالكتروني لمكتب روفيفر

refugiesrevivre@gmail.com

عنوان المكتب

Mairie du 20ème, 6 place Gambetta 75020 Paris

(Ligne 3 – Métro : Gambetta)

Bureau 112 E et D

أوقات الدوام للتسجيل في الدورة 

الخميس من الساعة الثانية بعد الظهر إلى الخامسة

مع تحيات مكتب استقبال اللاجئين السوريين لجمعية روفيفر

 

 

Fadwa Suleiman, repose en paix

Portée par la soif de liberté et de changement qui enflammait les rues, Fadwa avait renoncé au statut que lui conférait son métier d’actrice de la production cinématographique « officielle », ce qui lui valut d’être ostracisée par le pouvoir des Assad. Son chemin de croix commençait…

Pasionaria, elle l’a été à Homs d’abord, ensuite en France où elle avait  dû se réfugier, elle n’a eu de cesse de porter la  voix de la jeunesse syrienne.

Son combat pour faire vivre cette révolution  ne prend pas fin avec sa disparition;  le mal qui l’a rongé a été aussi dévastateur que celui qui s’abat sur tout son peuple,  elle l’a emporté avec elle dans son exil sans s’y  résigner.

C’est pourquoi ce combat, le combat de tous les démocrates syriens pour la liberté et la dignité reste bien vivant.

 

Syrian Alawite actress Fadwa Suleiman speaks to Reuters in an interview over Skype from an undisclosed location in Homs December 14, 2011. REUTERS/Ali Jarekji

Coupure d’écran d’une interview de Fadwa Suleiman avec Reuters, via Skype à partir d’un lieu non divulgué à Homs le 14 décembre 2011- Ali Jarekji

à la pleine lune 1 - Fadwa Suleiman 1

À la pleine lune, Fadwa Suleiman, poésie,traduit de l’arabe par Nabil el Azan, parut en mai 2014, éditions Le Soupirail – Prix de Découvreurs 2016

 

Lettre aux adhérent(e)s et aux ami(e)s

Cher(e)s adhérent(e)s, Cher(e)s ami(e)s,

Nous avons le grand plaisir de vous présenter la nouvelle plaquette de l’association Revivre, jointe à ce mail. Elle nous permet de vous donner un aperçu complet et synthétique des activités de Revivre qui se sont sensiblement développées ces derniers mois.

Parmi celles-ci, nous attirons votre attention sur deux initiatives lancées récemment :

Le programme d’apprentissage du français et d’aide à l’insertion professionnelle, destiné à des Syriens, demandeurs d’asile ou bénéficiaires du statut de réfugié dont un tiers de femmes. Ce programme est adapté à un public désirant trouver un emploi, et répond ainsi à un enjeu désormais primordial d’intégration de ces derniers dans la société française.

Le fonctionnement d’une clinique mobile et le développement d’une clinique dentaire, en partenariat avec l’association Medina, destinées aux zones rurales du nord de la Syrie. Face aux ravages de la guerre, assurer la continuité des soins médicaux est indispensable pour préserver la vie de ceux qui restent sur place.

Nous comptons sur votre soutien pour renforcer la pérennité de nos initiatives, qui aident à faire « Revivre la Syrie et les Syriens ».

Pour participer à ces actions vous pouvez envoyer vos dons qui donneront lieu à un reçu fiscal par chèque libellé au nom de Revivre ou par règlement électronique sécurisé sur le site :

http://hopeclic.org/revivre-association-loi-1901/

Adresser vos dons : Maison du Citoyen et de la Vie Associative

16, rue du Révérend – Père Lucien Aubry – 94120  Fontenay sous Bois.

Cordialement

Le Bureau de Revivre

0001

0002

Notre « Pique nique » samedi 29 juillet 2017 à 13h.

Le groupe des bénévoles de « Sortons avec Revivre »

vous invite à un Pique nique le samedi 29 juillet 2017 à 13h00
فريق المتطوعين « لنخرج مع روفيفر » يدعوكم إلى سيران
يوم 29 تموز 2017 الساعة الواحدة ظهراً

Pique nique participatif : amenez boissons et plats
الوجبة تشاركية، أحضروا ما شئتم من طعام وشراب

Adresse
Bois de Vincennes, promenade Maurice Boitel,

à proximité du port de Vincennes (lac Dausmenil)

nous mettrons des panneaux fléchés depuis l’accès du bois de Vincennes du coté du Métro : Porte Dorée – ligne 8

العنوان في غابة فانسين على جانب بحيرة دومينيل
ستوجد هناك إشارات سهمية بدءاً من مدخل الغابة واعتباراً من جهة مخرج المترو بورت دوري / الخط 8

En cas de pluie ne vous découragez pas nous avons prévu de quoi nous abriter
في حالة هطول المطر فقد استحضرنا ما يمكن أن يحمينا من البلل

Sans titre

Lien de l’événement FB :

https://www.facebook.com/events/233654003822977/?acontext=%7B%22ref%22%3A%2229%22%2C%22ref_notif_type%22%3A%22plan_user_associated%22%2C%22action_history%22%3A%22null%22%7D&notif_t=plan_user_associated&notif_id=1500239670641964&__mref=mb

Une exposition et un film sur les parcours des réfugiés en Europe

La nuit tombe sur l’Europe

Une exposition et un film sur les parcours des réfugiés en Europe
Amnesty International – France
Du 15.04.2017 au 11.05.2017
La Canopée des Halles – Allée Jules Supervielle, 75001 Paris

Expo Canopée affiche

En janvier 2016, au nord de la Grèce, la frontière avec la Macédoine s’est refermée. Condamnant la «route des Balkans», et laissant 46 000 enfants, femmes et hommes bloquées au milieu de l’hiver dans des conditions sanitaires déplorables, dans la pluie et dans le froid. “Idomeni n’est plus qu’un cul de sac synonyme de désespoir et de misère où végètent des milliers de familles. Je les ai vu jour après jour se transformer, perdre la raison, être avalés par ce camp inhumain. Ils manquaient de tout, ils vivaient au milieu des ordures et des excréments. Ils devenaient parfois agressifs pour un peu de nourriture, un sac de vêtements ou quelques morceaux de bois. Leurs journées se résumaient à satisfaire les besoins primaires (boire, manger et se chauffer) et à attendre. Mais attendre quoi ? « Un volontaire à Idomeni
Du 15 avril au 11 mai, nous nous déployons sous la Canopée des Halles avec le photographe Samuel Bollendorff et le fonds de dotation agnes.b pour vous proposer une exposition et un film sur les parcours des réfugiés en Europe.
La nuit tombe sur l’Europe porte un regard différent sur celles et ceux qui sont contraints de fuir les violences des conflits ou des persécutions. Ce travail témoigne des violences qu’ils subissent sur les routes de l’exil. Leurs paroles sont ici placées en regard des étapes de cette route qu’ils empruntent pour essayer trouver refuge dans une Europe qui s’érige en forteresse. Les lieux de passages photographiés vides pour en souligner le cratère déshumanisé.
L’exposition se prolonge par un film dont le texte est lu par Catherine Deneuve, figure citoyenne qui rend hommage à ces destins malmenés.

Source :

https://www.amnesty.fr/agenda/exposition-la-nuit-tombe-sur-leurope-paris?utm_campaign=expoLanuittombe&utm_medium=email&utm_source=emailinfos