L’Association « Revivre » dans Le Monde : L’odyssée d’une famille syrienne en quête d’asile

Une famille syrienne en quête d'asile

En mai 2012, Ahmed ferme une dernière fois la porte de sa maison de la banlieue de Damas. La veille, un conseil de famille en a décidé ainsi. « Mon épouse, Abir, et moi savions qu’il fallait partir. Mais nous voulions l’accord de nos filles qui avaient alors 5 et 10 ans. Nous les avons réunies pour leur expliquer que le voyage serait épuisant et dangereux… Qu’on mourrait peut-être avant de trouver une autre maison ; mais qu’on ne survivrait pas si on restait là ». En prononçant ces mots, le regard d’Ahmed se dérobe ; comme s’il se repassait le film de cette soirée. Abir, elle, laisse couler des larmes silencieuses que regarde Omar, le petit dernier.

Trois ans plus tard, l’odyssée de cette famille (dont l’anonymat a été préservé par peur des représailles sur ceux qui sont restés à Damas, touche à sa fin). Depuis le 2 janvier, Abir, Ahmed et leurs trois enfants sont en France, le but de leur voyage. Un couple de jeunes retraités de Steinbach (un village du Haut-Rhin) leur a offert l’hospitalité. Lin (13 ans), Lara (8 ans) et Omar (5 ans), ont retrouvé des soucis d’enfants, oublié un peu les cadavres et le bruit des bombes. Tout va mieux, même si Omar ne dort toujours pas sans lumière et ne veut plus entendre parler de bateau.

Ahmed et sa famille ont accosté le 30 décembre 2014 dans le port de Gallipoli, dans le sud de l’Italie. La veille, le capitaine du Sky Blue M, le « cargo poubelle » à bord duquel ils sont venus de Turquie, avait bloqué les moteurs en direction des côtes. « Apercevoir les policiers [garde-côtes] a été un immense soulagement », soupire Abir en repensant à ce voyage apocalyptique. « À peine quitté les côtes, la tempête s’est levée. Au début on a essayé de convaincre les enfants qu’il était normal qu’on soit entassés à 700 dans les cales ; normal que la coque prenne l’eau et que le bateau bouge énormément… Alors que nous-mêmes pensions à chaque instant chavirer et couler… On ne mangeait pas pour ne pas vomir. On n’a pas dormi et on n’a plus eu d’eau à boire les deux derniers jours ».

« On ne s’était pas lavés depuis la Turquie »

À l’arrivée à Gallipoli, Ahmed savait que sa famille venait d’échapper deux fois à la mort. D’abord en Syrie où 200 000 personnes ont été tuées depuis le début du conflit, et puis dans ce bateau poubelle qui aurait dû depuis longtemps être au rebut. Pourtant, à l’angoisse du naufrage s’est vite substitué la hantise qu’on relève leurs empreintes digitales. Ce qui les aurait contraints à déposer leur demande d’asile en Italie, alors qu’ils souhaitaient gagner la France.

Pour limiter les risques, la famille s’est enfuie, le 1er janvier, du camp de toiles de tente où elle avait été transférée quelques heures après l’accostage. Enfants et parents ont franchi dès le réveil et en silence les 3 mètres du grillage d’enceinte pour prendre la route du Nord. « Je ne savais pas où on était. Tout le monde dormait dans cette ville où des chiens aboyaient sur notre passage. Il a fallu marcher des heures avant de rencontrer un homme qui nous a indiqué la gare. Là, on a pris un bus pour Milan, voyagé douze heures avec comme seul rêve de prendre une douche… On ne s’était pas lavés depuis la Turquie », confie Ahmed. Après, il y a eu le trajet pour Vintimille, puis le train pour Nice et enfin les 550 derniers euros dépensés pour prendre le TGV en direction de Paris. « Un jour je reverrai Nice, répète Ahmed. C’est la première ville où j’ai pu dormir d’un sommeil profond après ces années de galère. » Enfin, ils étaient en France. Symboliquement sauvés.

Aujourd’hui, Ahmed et Abir rêvent d’intégrer la communauté des 40 000 Syriens de France. La plupart sont là depuis longtemps. Les réfugiés du conflit actuel ne gonflent les rangs qu’au compte-gouttes. Depuis 2011, quelque 4 500 Syriens ont été accueillis sur le territoire français au titre de l’asile, quand 4 millions sont réfugiés hors de leur pays et 7,6 millions déplacés à l’intérieur. En 2014, quand l’Allemagne accueillait 10 000 réfugiés repérés par le Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR) comme particulièrement fragiles, la France, elle, en prenait 500. Au faible nombre d’arrivées s’ajoute un accueil laissé au bon vouloir des associations et des bénévoles. « En dépit des discours politiques rappelant que les Syriens sont nos amis, la France ne fait rien pour les accueillir », s’agace Etienne Marest qui dirige l’association Revivre, qui s’occupe d’eux« Quand il s’agit d’héberger les naufragés de la route bloqués en partant aux sports d’hiver, on sait faire. On pourrait quand même créer des structures pour ces naufragés politiques »,  ajoute Michel Morzière, président d’honneur.  D’autant que pour beaucoup de Syriens, le déclassement est dur.

Déclassement

Abir et Ahmed étaient promis à une autre vie ; celle de la classe moyenne. Travailleur et habile négociateur, Ahmed avait rapidement fait fructifier son commerce. En 2010, les revenus de sa très occidentale boutique de vêtements, lui ont permis de s’offrir une maison en périphérie de Damas quelques années à peine après son mariage. « À Ein Tarma », prononce Abir dans un souffle. Ein Tarma, « c’était une banlieue chic. Un coin idéal pour élever ses enfants ». C’était… car très vite la répression aux manifestations anti Bachar el Assad l’a transformé en un quartier martyr. « On était bombardé sans cesse, coupé du reste de la ville et sans électricité. Comme j’étais le seul à avoir une voiture, j’ai beaucoup transporté de blessés et de médicaments vers l’hôpital de campagne. Plusieurs fois j’ai failli me faire prendre. En mai 2012, on a décidé de fuir plutôt que de mourir là tous les cinq », rappelle Omar.

Liban, Égypte, Turquie… la famille essaie d’abord le pourtour Méditerranée, où vivent 95 % des 4 millions de réfugiés syriens. « À Beyrouth les appartements les moins chers étaient dans un quartier contrôlé par le Hezbollah… On nous a vite fait sentir que ce n’était pas notre place à nous sunnites. Je suis allé à l’ambassade de France demander des visas, mais je n’ai même pas réussi à avoir une convocation officielle », rapporte le Syrien, conscient depuis cette date que pour venir en France, il lui faudra mettre sa famille entre les mains de passeurs. Il repousse l’échéance.

Nous sommes toute fin 2012. « On est rentré à Damas. Comme on n’y avait plus rien et plus de travail, on a décidé de tenter Alexandrie. Malheureusement, avec l’arrivée de Sissi au pouvoir en Égypte, on est vite devenu indésirables au point que des enfants ont coupé les cheveux de Lara… », se souvient la mère. Après cet échec, il ne restait plus qu’Istanbul dans la liste des possibles. « J’y ai retrouvé des fournisseurs de textile. L’un d’eux nous a aidés. Mais je ne travaillais pas suffisamment pour vivre. Au bout de 7 mois, on est une nouvelle fois revenus à Damas chez le frère d’Abir. Jusqu’à ce que je sois réquisitionné pour repartir à l’armée en dépit de mes 37 ans, que la police commence à me chercher ». Plus qu’une évidence, la France devient une urgence.

Reste à financer la traversée. « Depuis 2012, on vivait sur les 17 000 dollars d’économie que nous avions. Mais on avait presque tout épuisé et il a fallu emprunter aux proches les 15 000 pour payer la traversée », confie Ahmed, qui sait que dès qu’il retravaillera, l’argent ira au remboursement.

Désormais, la famille dispose enfin d’un récépissé de la préfecture de Colmar autorisant un mois de séjour en France. Le temps de déposer une demande d’asile. Dans la foulée, ils espèrent être logés car leur retour en région parisienne, même aidé par la communauté, reste très précaire. Et puis, les enfants attendent avec impatience une entrée à l’école. Pour revivre cette vraie vie d’enfant dont ils ont eu un avant-goût, quelques semaines à Steinbach.

Source : Le Monde 28 février 2015 – Par Maryline Baumard

Fête de la Madelon 2014

INVITATION

Les samedi 24 mai et dimanche 25 mai 2014 de  10h à 18h.

A l’occasion des traditionnelles  « Fêtes de la Madelon  » à Fontenay sous Bois,

nous vous attendons sur le  stand de l’association Revivre pour échanger, débattre et goûter aux saveurs syriennes.

Un moment fort le samedi 24 à 17h :

Débat : Les djihadistes en Syrie : pain bénit pour Bachar ?

Participation de Ziad Majed, politologue spécialiste du Moyen orient et auteur de « Syrie la révolution orpheline »

 Adresse :
Village de la Solidarité – Parc haut de l’Hôtel de Ville de Fontenay sous Bois
Détails pour les transports en commun :
Pour se rendre en transport en commun le plus pratique est de prendre :
1/ RER Ligne A, Direction : Boissy St. Léger – Station : Fontenay-sous-Bois.
Le stand Revivre se trouve sur la partie haute du Parc de l’Hôtel de Ville
Plan du Stand de Revivre - Fête de la Madelon
Plan du Stand de Revivre – Fête de la Madelon

 

Merci de votre don !

Le don de l’Association Revivre de 5300 euros à la ville de Deir Ezzor en Syrie a permis d’approvisionner gratuitement en pain les réfugiés de la région. Ces réfugiés vivent dans des écoles, des maisons abandonnées, sous les ponts, dans la nature…La somme va aider à faire fonctionner un four qui permet d’assurer le pain à environ 600 familles par jour pendant 2 mois. Elle a essentiellement destinée à payer la main d’œuvre (deux boulangers), le fioul, le transport, et d’autres détails nécessaires. La farine est fournie par des donateurs et le reste de la main d’œuvre est surtout composé de bénévoles.Comme nous le savons tous les besoins de la population sont malheureusement de plus en plus importants et de nécessité vitale : continuons notre mobilisation.

bénévol à visage couvert

Campagne : Du lait pour les enfants syriens !

Le Cercle Syrie Moderne & l’Association Revivre lancent la campagne Du lait aux enfants Syriens pour tenter de répondre à l’une des principales pénuries touchant actuellement les enfants en Syrie. Le 6 mars 2013, les Nations unies ont annoncé que le cap du million de réfugiés syriens ayant fui leur pays avait été atteint. Ce chiffre ne comprenant que les réfugiés dûment enregistrés, leur nombre réel est sans doute bien supérieur. Au moins 2,5 millions de Syriens ont également été déplacés à l’intérieur du pays. Le Haut Commissaire aux réfugiés Antonio Guterres a déclaré que « la Syrie est entrée dans la spirale d’une catastrophe absolue ».Malgré les millions dégagés par les ONG, celles-ci se plaignent régulièrement des difficultés à acheminer l’aide d’urgence, dont peu parvient au final à la population. Car pour intervenir, ces organismes ont besoin de l’autorisation de Damas, excluant de facto la majorité de la population des zones rebelles de leur assistance. Quant aux pays voisins, ils « ne sont pas prêts » à accorder aux ONG engagées dans des opérations transfrontalières « les facilités logistiques et administratives associées à une reconnaissance officielle » (cf. MSF)Le seul moyen d’aider et de parer au plus urgent reste donc celui que nous avons choisi : s’appuyer sur les activistes et les petits réseaux d’aide locales, qui s’organisent avec peu de moyens pour acheminer directement cette aide. C’est avec eux que nous avions lancé notre campagne contre le froid, à laquelle vous aviez été nombreux à répondre, et c’est à nouveau avec eux que nous lançons cette nouvelle campane « Lait pour enfants ».

Merci par avance de votre soutien.

Pour faire un don :
Les donateurs bénéficieront d’une déduction fiscale de 65% et recevront un reçu fiscal en retour.

1/ Par chèque : merci d’imprimer le coupon du tract et de l’envoyer complété avec vos coordonnées, accompagné de votre chèque libellé à l’ordre de l’Association REVIVRE avec la mention:
« Campagne lait pour les enfants », à l’adresse :
ASSOCIATION REVIVRE
23, rue Auguste Renoir 95520 OSNY

2/ Pour les virements bancaires, coordonnées bancaires indiquées dans le coupon du tract, merci de nous envoyer vos coordonnées personnelles pour que l’on puisse vous adresser un reçu fiscal.

Permanence pour les réfugiés syriens en France

Avec l’appui du Réseau EuroMed et la Mairie du 20e Arrondissement de Paris, Revivre met en place, à partir du 2 octobre 2012, une permanence pour les réfugiés syriens arrivant en France.Cette permanence est destinée à accueillir, informer, orienter et accompagner les réfugiés syriens dans leurs démarches. Elle sera assurée sur rendez-vous par Sabreen Al-Rassace, arabophone, francophone et anglophone.

Adresse

Mairie de Paris du 20e arrondissement (Salle 112)
6 Place Gambetta, 75020 Paris

Horaires

Mardi et Mercredi / de 10h. à 13h – et de 14h. à 17h.
Il est préférable de prendre rendez-vous d’avance

Contact

E-mail : service aux réfugiés
Portable : +33(0)6 34 15 22 40
Insérer à votre message votre nom et votre n° de téléphone pour qu’on puisse vous appeler

Accès

MetroEn métro :
Station Gambetta (ligne 3 ou 3bis)

icon_busEn bus :
Bus n° 60, 61, 64, ou 69

Vous pouvez retrouver les informations ci-dessus, en français et en arabe, dans ce document.

Parrainage avec la ville syrienne de Deraa

En partenariat avec l’association Revivre et le Collectif Urgence Solidarité Syrie, la ville de Fontenay-sous-Bois exprime sa solidarité avec le peuple syrien en lutte pour la démocratie. Le conseil municipal du 29 septembre 2011 adopte à l’unanimité le parrainage symbolique avec la ville martyre de Deraa (77 000 habitants), où est née la révolution en mars 2011.Communiqué de presse du Collectif Urgence Solidarité Syrie du 14 juillet 2011Parrainage de la Ville de Fontenay-sous-Bois avec la Ville syrienne de Dara’a

C’est en toute impunité que depuis maintenant 4 mois, le régime de Bachar el Assad, avec l’aide de son armée et de ses services de sécurité, torture et massacre ses concitoyens.

Parrainage2011Amnesty International dénombre plus de 1 400 morts, des milliers de blessés et d’arrestations.

C’est dans la ville de Dara’a que la révolte du peuple syrien a pris naissance ; depuis, les habitants de cette ville payent un lourd tribut avec plusieurs centaines de morts. Les images effrayantes du jeune Hamzah al-Khatib, âgé de treize ans, mutilé et mort sous la torture ont bouleversé le monde entier.

Il y a aujourd’hui une nécessité, par des actes, de témoigner notre solidarité au peuple syrien.

La Ville de Fontenay-sous-Bois, en partenariat avec l’association REVIVRE et le Collectif Urgence Solidarité Syrie, va dans les jours qui viennent engager un processus de « parrainage avec la Ville de Dara’a ».

Le symbole de ce parrainage est fort, car il donne un signe de solidarité internationale et d’engagement citoyen d’une ville française vis-à-vis d’une ville syrienne martyre. Au-delà du symbole, en coopération avec des ONG et des Syriens originaires de Dara’a vivant en France, des actions de solidarité tout particulièrement en direction d’enfants ayant trouvé refuge à la frontière jordanienne, vont être entreprises par la Ville de
Fontenay-sous-Bois.

Souhaitons que cette initiative soit reprise par de nombreuses villes françaises vis-à-vis d’autres villes syriennes martyres.

Document public