Communiqué de l’Association Revivre

images1

Depuis un peu plus d’une semaine, une quarantaine de familles avec enfants, s’identifiant comme syriennes, sont arrivées aux abords du square de St Ouen, rue Suzanne Valadon.

 

Le Maire de St Ouen a pris la décision de fermer le parc et les rues avoisinantes d’accès avec pour conséquence un déplacement des familles sur le 18e arrondissement de Paris, sous le pont du périphérique  à la Porte de St Ouen. Ceux ci se regroupent en fin d’après-midi.

 

Nous avons pu constater, jeudi 24, une situation particulièrement inquiétante avec des altercations entre différents groupes, des personnes non syriennes semblent s’agréger à cette situation pour profiter des dons en vêtements, nourriture et argent que des personnes distribuent par solidarité.

 

Après l’arrivée en avril 2014 de plus de 200 réfugiés syriens dans le parc et la prise en charge qui s’en était suivie par notre association avec les différentes institutions (OFPRA, France Terre d’Asile, Ministère de l’Intérieur), nous avions par courrier alerté les différents acteurs de la nécessité d’anticiper une situation qui ne manquerait pas, compte tenu de la situation dramatique en Syrie, de se reproduire. L’actualité nous donne raison malheureusement.

 

L’association Revivre est prête à recevoir à sa permanence, à la Mairie du 20e arrondissement, les familles souhaitant entamer une procédure de demande d’asile ; l’équipe de bénévoles est à la disposition des autorités pour faciliter les médiations et informations. Comme cela a déjà été précisé aux autorités, nous ne sommes pas en mesure de prendre en charge financièrement des nuitées en hôtel, nous considérons que les pouvoirs publics doivent assumer leurs responsabilités dans le cadre du droit d’asile et des conventions internationales concernant la protection des personnes vulnérables, particulièrement les enfants.

 

Le Bureau de l’Association Revivre

 

Fontenay le 25 juillet 2014-07-25

Contact

Mail : contact.revivre@gmail.com

 

 

L’association REVIVRE a 10 ans !

Il y a 10 ans, nous ne pensions pas devoir soutenir aussi longtemps les prisonniers d’opinion du régime syrien ; mais la barbarie destructrice qui s’abat sur ce pays depuis 3 ans nous impose d’apporter bien plus encore aujourd’hui notre aide aux victimes, aux réfugiés et à ceux qui souffrent… À l’occasion de son dixième anniversaire…
 

 l’association Revivre a le plaisir de vous convier

à partager un temps culturel de solidarité

avec le peuple syrien.

Au programme :

Rétrospective des 10 ans de l’association Revivre

Musiques syriennes avec :

– l’ensemble Nahawand

– le groupe « Réfugiés Rap »

 Lecture de poésies

 dimanche16 mars 2014 à partir de 16 h

au Dansoir Karine Saporta

 164, bd Gallieni – Fontenay-sous-Bois

RER A et E Val de Fontenay, puis bus 124 arrêt Le parc

ou

RER A Fontenay-sous-Bois, puis bus 124 arrêt Cimetière

Dixième anniversaire de l’association Revivre

Amnesty accuse l’UE de s’ériger en « forteresse » contre les réfugiés syriens

Amnesty International a accusé, vendredi 13 décembre, les pays européens d’accueillir un « nombre pitoyablement bas » de réfugiés syriens. « L’Union européenne a lamentablement échoué à jouer son rôle d’abri pour les réfugiés qui ont tout perdu, sauf leur vie », a estimé le secrétaire général d’Amnesty, Salil Shetty. « Dans l’ensemble, les dirigeants européens devraient baisser la tête de honte », ajoute-t-il.

Lire la suite…

http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2013/12/13/amnesty-accuse-l-ue-de-s-eriger-en-forteresse-contre-les-refugies-syriens_4333699_3218.html

Octroi facilité de visas aux parents de ressortissants syriens vivant en Suisse : levée de la mesure provisoire

Berne. Le Département fédéral de justice et police (DFJP) a décidé, le 4 septembre 2013, des allègements en matière de visas pour permettre aux ressortissants syriens touchés par la guerre et qui ont des parents en Suisse d’obtenir rapidement et sans formalités excessives un visa d’entrée pour un séjour temporaire en Suisse. Il est vraisemblable que la plupart des personnes se trouvant dans une situation de détresse immédiate et pouvant prétendre à l’obtention d’un tel visa ont entre-temps fait usage de cette possibilité. Aussi le DFJP a-t-il levé la mesure ce vendredi.

Lire l’article :

https://www.bfm.admin.ch/content/bfm/fr/home/dokumentation/medienmitteilungen/2013/ref_2013-11-297.html