Pique Nique au Bois de Vincennes, dimanche 25 septembre 2016 à 13h00

Le groupe des bénévoles de « Sortons avec Revivre » vous invite

فريق المتطوعين  » لنخرج مع روفيفر  » يدعوكم إلى سيران
à un Pique Nique le dimanche 25 septembre 2016 à 13h00

يوم الأحد 25 أيلول/ سبتمبر 2016 ، الساعة الواحدة ظهراً
Pique nique participatif : amenez boissons et plats
الوجبة تشاركية، أحضروا ما شئتم من طعام وشراب
Adresse : العنوان في غابة فانسين
Bois de Vincennes, promenade Maurice Boitel, à proximité du port de Vincennes ( lac Dausmenil), nous mettrons des panneaux fléchés depuis l’accès du bois de Vincennes du coté du Métro : Porte Dorée – ligne 8

ستوجد هناك إشارات سهمية بدءاً من مدخل الغابة واعتباراً من جهة مخرج المترو بورت دوري / الخط 8

En cas de pluie ne vous découragez pas nous avons prévu de quoi nous abriter

في حالة هطول المطر فقد استحضرنا ما يمكن أن يحمينا من البلل

pique-nique

acces-0

acces-1

 

رابط الإيفنت

https://www.facebook.com/events/192854574459763/?notif_t=plan_user_invited&notif_id=1473376968732391

Syrie : d’anciens détenus racontent la torture et le trafic d’organes dans les prisons

Plus de 12 500 personnes ont péri dans les prisons syriennes en cinq années de guerre, d’après les défenseurs des droits de l’homme. MEE a recueilli les témoignages de deux survivants

Lizzie Porter

28 août 2016

A handout picture released by the official Syrian Arab News Agency (SANA) shows some of the 274 inmates being readied for release from the Damascus Central Prison on June 11, 2014. Several dozen prisoners were also released from Syrian government custody on June 10 after a general amnesty announced by President Bashar al-Assad, a human rights lawyer told AFP.  AFP PHOTO/HO/SANA == RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / HO / SANA" - NO MARKETING NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS === / AFP PHOTO / SANA / -
Les prisonniers de la prison centrale de Damas relâchés le 11 juin 2014. Les familles de certains détenus doivent payer des pots-de-vins très élevés pour assurer leur libération (AFP)

STOCKHOLM – Omar al-Shogre avait 17 ans lorsqu’ils sont venus le chercher. Ce jour d’automne 2012, alors que l’on récoltait les olives et que les abricotiers du jardin familial perdaient leurs feuilles, fut son dernier moment de liberté pendant presque trois ans.

Omar allait passer le reste de son adolescence dans onze prisons syriennes au total, et subir des actes de torture d’une multitude d’agents appartenant au sinistre et perfectionné appareil de sécurité du gouvernement. « Je pourrais boire leur sang », confie Omar à Middle East Eye, à Stockholm où il réside maintenant, la voix trahissant sa soif de vengeance.

Sa famille a participé au soulèvement de 2011 contre le gouvernement de Bachar al-Assad dans la province de Tartous, sur la côte méditerranéenne syrienne. Ils faisaient partie d’une minorité sunnite au cœur du groupe alaouite dominant au gouvernement. Omar n’a pas su pourquoi il avait été arrêté. Ses interrogateurs l’ont ensuite forcé à avouer de fausses opérations de faux et usage de faux.

À Tartous, il a été torturé par électrocution – au niveau du cou, des bras, des jambes et des parties génitales. Dans d’autres circonstances, les prisonniers étaient contraints de manger du sel avant de se voir offrir un peu d’eau pour soulager leur soif. Mais leur pénis était alors ficelé, ce qui les empêchait d’uriner et leur causait d’intenses douleurs aux reins.

PHOTO 1

Omar, pris récemment en photo à Stockholm, après s’être échappé de prison (MEE)

On l’a ensuite déplacé à la section 215, connue comme la « Brigade du Raid », rue du 6-Mai à Damas, à moins de 5 kilomètres de la Grande Mosquée des Omeyyades et dans un quartier entouré de centres commerciaux et d’hôtels. Omar allait passer l’année suivante derrière ces murs.

C’est là qu’il a commencé à comprendre le sens du mot « faim » : les prisonniers n’avaient bien souvent rien à manger pendant plusieurs jours. Puis, on leur servait quelques pommes de terre et des œufs, mais souvent recouverts de sang ou de moisissures. « Tout cela a duré des mois », raconte Omar. « On avait tellement faim qu’on en pleurait. »

Il y avait toujours des tortures supplémentaires les jours de fête, lors des fêtes musulmanes de l’Aïd al-Fitr et l’Aïd al-Adha, par exemple, ou encore la fête des mères. Des « fêtes de la torture », comme les avait appelées Omar.

Le père du jeune homme a été tué lors du massacre d’al-Bayda en mai 2013, au cours duquel des centaines de sunnites ont été assassinés. Les cousins d’Omar, Bashir et Rashad, qui avaient été arrêtés avec lui, sont tous les deux morts en prison.

Mais il n’y avait pas d’énergie à perdre pour la tristesse et le deuil. Omar a plutôt choisi de se créer une famille autour de lui dans la section 215. « C’était la meilleure école », souligne-t-il.

Lorsque les amis disparaissaient tout simplement

Les prisonniers avaient des nationalités et des origines différentes. Ils partageaient leurs compétences, professions et langues. Ils apprenaient à répartir leurs toutes petites rations de nourriture avec les fils des uniformes militaires qu’ils étaient obligés de porter et à tuer les poux qui avançaient lentement sur leur corps.

Omar se souvient de deux détenus avec une tendresse toute particulière : Bara’a Manieh, de la campagne de Damas, était un meneur naturel et il était « toujours heureux ». Radwan al-Eisa, originaire de Hama, était devenu un ami très proche. Mais avec le temps, les deux ont été emmenés par des officiers. Leurs orteils ont été brûlés avec de l’acide et on leur a crevé les yeux. Personne ne les a jamais revus vivants.

La dernière prison que connu Omar fut la célèbre prison de Saidnaya, au nord de Damas. Lors de la « fête de bienvenue », comme la décrit désormais l’homme de 21 ans avec un sourire triste, il fallait mordre les composants en métal d’une cuve. « Rien que ça revenait à deux ans passés dans la section 215 », précise-t-il à MEE.

L’une de ses nombreuses « missions » était de se débarrasser des corps morts de ses codétenus. Un jour, il a vu une pièce remplie de cadavres. Aucun ne présentait les signes habituels de torture mais il y avait de larges plaies à la place de leur cœur, de leur foie et de leurs reins. Tout semblait désigner un vaste trafic d’organes.

Il était interdit de prier et de lire le Coran. Omar récitait donc ses sourates et ses versets dans sa tête. Il composait aussi des poèmes et des chansons dont il se souvient encore parfaitement même si depuis, il s’est lancé de nouveaux défis : celui d’apprendre le suédois, qu’il parle désormais couramment, et de travailler à Stockholm.

PHOTO 2

Rashad (à gauche) et Bashir, les cousins d’Omar, décédés en prison (MEE)

S’il a pu fuir en Europe, c’est uniquement parce ce que sa mère a payé un pot-de-vin de 15 000 dollars à des officiers de sécurité syriens.

Omar pesait 35 kg lorsqu’il est sorti de prison. Il est revenu maintenant à ses 53 kg. Ses poumons ont été endommagés par la tuberculose contractée dans la prison Saidnaya. Dans un sens, ce fut une bonne chose, car lorsqu’il a quitté la Syrie et la Turquie, les officiers de police, le voyant vomir du sang, partaient à toute vitesse, de peur d’être contaminés.

Omar confie qu’il se sent maintenant « très heureux », « très bien ». Mais sa mère lui manque, tout comme ses frères et ses sœurs en Turquie, et sa famille de codétenus – ceux qui sont morts et ceux qui vivent encore l’enfer de la prison.

Omar répète sans cesse : « Bienvenue en Syrie ». Et il espère que le monde comprendra ce qu’il veut dire.

« La mort est une échappatoire à la douleur »

Yehia Rashid al-Salim, de Palmyre, ressent encore la douleur des coups. Installé aujourd’hui en Grèce, en espérant se réinsérer en Europe, il vit avec les cicatrices visibles des tortures subies, qu’il a montrées à MEE. Ce qu’il n’a pas pu montrer, ce sont les sinistres souvenirs ancrés dans sa mémoire.

« Il nous aurait été impossible de nous soulever comme l’ont fait les prisonniers de Hama ou de Souwayda », raconte-t-il à MEE en faisant référence aux récentes explosions de violence et aux mutineries dans deux prisons syriennes connues.

Yehia était détenu dans un centre de sécurité militaire où il était quasiment impossible de protester. « Personne n’osait se rebeller », a-t-il ajouté. « J’espère que les détenus de Hama réussiront à s’imposer – mais c’est impossible face aux forces de sécurité criminelles et prédatrices du régime ».

Cet ancien employé du ministère de l’Agriculture avait été arrêté à Palmyre – appelée Tadmor en arabe – alors qu’il rendait visite à son oncle le 19 octobre 2013, juste après avoir célébré l’Aïd al-Adha.

Il a été emmené à la section de la Sécurité militaire et y a été torturé pendant 22 jours. On l’accusait d’avoir rencontré l’Armée syrienne libre à Raqqa. Il clamait pourtant son innocence auprès de ses interrogateurs.

Yehia, qui a trois enfants âgés de 12, 10 et 6 ans, raconte à MEE avoir subi la méthode de torture appelée « al-Shabeh » (fantôme) : le prisonnier, mains menottées, est suspendu au plafond de sa cellule, à quinze centimètres du sol. Il est ensuite battu.

Il a ensuite été transféré à la section de Police militaire de la ville de Homs, puis à la « Section Palestine », célèbre prison à Damas où il subissait des tortures trois à quatre fois par jour.

La vie en cellule était « révoltante ». Les détenus étaient contraints de rester nus et les maladies infectieuses se propageaient rapidement. La tuberculose, les poux et la gale causaient des infections et faisaient des morts quasiment tous les jours.

« Le geôlier entrait et demandait ‘’Combien y a-t-il de morts aujourd’hui ?’’ », témoigne Yehia. « Nous mettions les corps au niveau de la porte de la cellule et ils étaient ensuite transportés dans un endroit inconnu. »

« Les plus chanceux mouraient, car la mort était un réel soulagement. Je souhaitais la mort à chaque prisonnier dès que c’était son tour. La mort était une manière d’échapper aux supplices, à la douleur, à la faim, à l’oppression, à l’humiliation, à tout ce qui se passait à l’intérieur ».

A l’hôpital de la police, les médecins ont diagnostiqué la tuberculose à Yehia. La maladie s’est avérée être son ticket de sortie – il a été libéré le 12 juin 2014, à la faveur d’une nouvelle loi prévoyant la libération des prisonniers souffrant de maladies graves.

Yehia a dépensé 75 000 livres syriennes, soit près de 3 500 dollars pour quinze jours de traitement dans un hôpital privé de Damas.

D’autres cliniques avaient refusé de le prendre au prétexte qu’il s’agissait d’un ancien prisonnier : le personnel avait peur des forces de sécurité. Lorsqu’il fut suffisamment robuste, Yehia quitta la capitale et se remit sur pied à Tadmor.

Mais à ce moment-là, l’EI avait commencé à menacer la ville, alors il décida de s’enfuir dans la province nord d’Idlib. Quelques mois plus tard, Yehia se retrouva dans le camp d’Idomeni, une ville de fortune pour quelque 10 000 réfugiés à la frontière gréco-macédonienne, fermée en mai dernier.

À son arrestation, il pesait 92 kg. Même après le temps de récupération depuis sa sortie de prison, il ne fait aujourd’hui que 67 kg. Il a mal au dos et a des problèmes nerveux aux mains et aux pieds dus aux violents coups reçus.

« Je porte encore aujourd’hui des cicatrices et des marques dans le dos. Je veux montrer les violences de ce régime criminel. Jusqu’à présent, je n’en ai pas eu l’occasion. Je veux que le monde voit ce qu’il se passe, toutes les violations du régime d’al-Assad envers les prisonniers. »

Crimes de guerre et impunité

Omar et Yehia font partie des dizaines de milliers de personnes détenues dans les prisons du gouvernement en Syrie, avant et pendant le conflit actuel qui a débuté en mars 2011.

Au cours des cinq dernières années, plus de 12 500 personnes sont mortes sous la torture dans les prisons, d’après le Réseau syrien pour les droits de l’homme.

Le gouvernement de Bachar al-Assad est responsable de 99 % de ces victimes, selon un rapport spécial publié en juin par le groupe de surveillance. D’autres civils – dont des femmes et des enfants – sont morts entre les mains du groupe EI et de Jabhat Fateh al-Sham, l’ancien Front al-Nosra.

Les preuves des actes de torture et les décès dans les prisons du gouvernement syrien sont de plus en plus nombreuses. En février, un rapport de la Commission d’enquête internationale des Nations unies, « Out of sight, out of mind (loin des yeux, loin du cœur », assimilent les actions du gouvernement à des crimes de guerre.

Les prisonniers « sont battus à mort ou décèdent à la suite de blessures graves provoquées par des actes de torture », souligne le rapport.

« Le gouvernement a commis des crimes contre l’humanité, exterminations, meurtres, viols ou autres formes de violences sexuelles, actes de torture, emprisonnements, disparitions forcées et bien d’autres actes inhumains. Basés sur la même conduite, des crimes de guerre ont également été commis. »

Le droit international des droits de l’homme prévoit que les gouvernements doivent enquêter sur les décès des prisonniers sous son contrôle, et l’État en question peut être tenu pour responsable des morts s’il ne respecte pas cette obligation.

Les crimes, les actes de torture et les exécutions sans procédure régulière sont formellement interdits par les Conventions de Genève de 1949, que la Syrie a ratifiées.

Mais selon la législation nationale, le pays accorde une large immunité à ses services de sécurité et à sa police tout comme au président. Le rapport des Nations-unies a conclu que les « décès survenus en prison sont forcément connus des cadres supérieurs militaires. »

Des certificats de décès établissant que les prisonniers ont perdu la vie à la suite de « causes naturelles » ou d’une « crise cardiaque » sont adressés aux membres des familles, qui se voient régulièrement empêchés de récupérer les corps de leurs proches. Ces corps sont souvent présumés incinérés dans des fosses communes.

Le rapport de la commission a indiqué que cela faisait partie d’une « procédure centralisée et systémique » qui « cache efficacement les abus du système à l’encontre des détenus et les preuves des crimes perpétrés par les agents de l’État. »

Les conclusions du Réseau syrien des droits de l’homme concordent aussi avec ceux de la Commission des Nations-unies, qui a interviewé 621 personnes et recueilli les témoignages d’Omar et de Yehia. Le groupe accuse le gouvernement syrien de nier les actes de torture et d’accuser Al-Qaïda et d’autres groupes armés.

Le président du groupe, Fadel Abdul Ghani, a précisé : « Nous attendons toujours que le monde libre aille plus loin pour protéger l’humanité en Syrie, maintenant que ce mécanisme est démasqué. »

Mohammed Hassan al-Homsy a participé à ce reportage.

Source : MIDDLE EAST EYE

http://www.middleeasteye.net/fr/reportages/syrie-d-anciens-d-tenus-racontent-la-torture-et-le-trafic-d-organes-dans-les-prisons

Sortons avec Revivre, dimanche 4 septembre 2016, Montmartre

Visite de Paris : Le quartier de Montmartre

Organisée par le Groupe des bénévoles « Sortons avec Revivre »

Dimanche 4 septembre 2016 à 14h.

Devant la station : Marcadet-Poissonniers

Metro Ligne 4 et 12

 Amenez de quoi faire un goûter partagé

زيارة سياحية لحي مونمارتر يوم الأحد 4 أيلول / سبتمبر 2016

الموعد الساعة الثانية بعد الظهر أمام محطة مترو : ماركاديه ـ بواسونييه

خط المترو 4 أو 12

تشكل الزيارة أيضاً فرصة للتدرب على الحديث باللغة الفرنسية

أحضر ما تريد من  مشروب أو طعام من أجل عصرونية تشاركية

affiche montmartre français - Arabe

A écouter: Accueil des migrants, pourquoi la France n’y arrive-t-elle pas ?

Émission « Du Grain à moudre d’été »  France Culture – 4 août 2016 (44 min)

Avec

AAAA Emission Réfugiés

Virginie Guiraudon, Directrice de recherche au CNRS

Sabreen Al Rassace, Responsable de la Permanence de l’Association Revivre

François Pupponi, Maire de Sarcelles

Et Hans Stark (interview pré-enregistrée), Secrétaire général du (Cerfa) de l’Ifri

Il aura fallu 6 ans depuis le début de la crise migratoire en Europe, pour que le gouvernement français commence à réformer sa politique. Ce n’est en effet qu’au début de cette semaine que les ministres de l’intérieur et du logement ont rendu publique la présentation d’une charte pour améliorer la prise en charge des migrants. Une charte qui concerne notamment leur hébergement dans « Des conditions dignes et adaptées à leurs situations et leur parcours », selon les mots de la charte.

Il y a un an déjà la loi relative à la réforme du droit d’asile prévoyait des délais plus courts quant à l’enregistrement des demandes d’asile auprès de l’office concerné.

Signe d’une volonté politique à faire face à l’afflux migratoire qui arrive en France. Signe tardif, signe fragilisé aussi par le contexte politique et sociale et sécuritaire en France. Où l’amalgame migrant=terroriste se fait entendre ces derniers temps dans une certaine parole politique et médiatique.

Dans ce même contexte, l’Allemagne dit vouloir maintenir le cap de sa politique migratoire. Ce pays qui prévoir d’accueillir 800 000 demandeurs d’asile cette année, quand la France mise sur 30 000.

Et pourtant la volonté politique, en matière d’accueil n’est pas la même partout en France. Certaines communes tentent de s’organiser, mais disent compter surtout sur la solidarité locale. Le symbole de la paralysie politique en matière de gestion des migrants c’est bien sûr Calais, mais certains élus et certaines associations s’accordent pour remettre en cause une politique migratoire, aux ambitions timides et dont les outils n’évoluent pas aussi vite que la situation, ni aussi vite que les annonces.

Alors en matière d’accueil des migrants, et des demandeurs d’asile, pourquoi la France n’y arrive-t-elle pas?

A écouter sur le lien de France Culture

http://www.franceculture.fr/emissions/du-grain-moudre-dete/accueil-des-migrants-pourquoi-la-france-ny-arrive-t-elle-pas

 

A écouter : Alep, la tragédie continue

Avec le Général Trinquand, consultant, ancien chef de mission militaire auprès de l’ONU, Ziad Majed, politologue, spécialiste de la Syrie, professeur des études orientales à l’Université américaine de Paris et Raphaël Pitti (en duplex de Metz), professeur de médecine d’urgence, chargé de mission de formations à la médecine de guerre auprès de l’Union des Organisations de Secours et de Soins Médicaux France en Syrie.

France Culture

A écouter sur le lien de France Culture:

http://www.franceculture.fr/emissions/l-invite-des-matins-d-ete/alep-la-tragedie-continue

 

 

Nancy : Réfugié syrien.. il y a 30 ans

Lui a fui le régime d’el-Assad… père, en 1986. Une date cruelle mais aussi le début d’une renaissance. Ce que ce paisible commerçant militant voudrait également offrir à ses (ex) compatriotes en détresse aujourd’hui.

18/07/2016

aujourd-hui-je-me-sens-d-abord-francais-parce-que-la-france-m-a-respecte-photo-er-1468825207

« Aujourd’hui je me sens d’abord Français parce que la France m’a respecté. » Photo ER

J’ai toujours considéré comme mon vrai pays celui qui a su me respecter. Et ce n’est vraiment pas le cas de la Syrie. » Aussi Nadim Chaghouri se considère-t-il d’abord comme Français. Il en a d’ailleurs la nationalité depuis 1988. Deux ans plus tôt, il mettait pour la première fois les pieds en France. « C’était le 4 janvier 1986. Je m’en souviens comme si c’était hier. Aussi longtemps qu’on n’avait pas décollé de Damas, j’avais la peur au ventre. »

À trois reprises, le jeune Nadim avait déjà été convoqué par les services secrets du régime. Par trois fois, il en avait réchappé. « J’avais été dénoncé », raconte cet homme de 57 ans au sourire doux et au verbe posé précautionneusement. « Ironie du sort, ça ne concernait pas les faits que j’avais effectivement commis. » Car le régime d’Hafez el-Assad (père de l’actuel président) aurait effectivement eu tout lieu de le clouer dans ses geôles. Inscrit à la faculté de Damas, cet étudiant en sciences, originaire de Homs, militait clandestinement contre cette dictature, extrêmement répressive comme son propre cousin en avait fait la tragique expérience. « Il a osé se plaindre de la cherté de la vie devant un collègue. Une heure et demie après, il était arrêté. On ne l’a plus jamais revu. » C’était en 1979.

L’accusation était grosse

Nadim, lui, est sorti libre de ses convocations successives grâce à l’entregent d’un ami général. Surtout, les accusations portées à son encontre avaient un peu forcé le trait. « Mon délateur m’aurait notamment entendu insulter le président. En apprenant ça, j’ai souri. Vous imaginez, ai-je dit au colonel qui m’interrogeait, que quiconque dans ce pays ose insulter le président en public ? »

Effectivement, ça aurait été suicidaire. L’accusation était « trop grosse » et c’est ce qui a contribué à le sauver. Mais le jeune homme avait senti le vent du boulet. C’était décidé, il partait pour la France, en intimant à sa famille de ne surtout pas hésiter à le renier. Elle l’a fait. C’était une question de vie ou de mort.

Ainsi Nadim n’a-t-il plus jamais revu ni ses parents, ni aucun de ses quatre frères. « Et ça, c’est l’un de mes rares regrets : d’avoir ainsi été coupé de ma famille. »

Soif d’intégration

En France, Nadim a posé ses valises à Nancy où ses contacts lui promettaient une intégration pas trop difficile. Et de fait, il a mené son petit bonhomme de chemin. Il s’est empressé d’apprendre le français, sa demande d’asile lui a été accordée rapidement. Devenu papa, il a dû toutefois interrompre ses études (« ça, c’est mon autre regret »), mais après avoir occupé divers emplois, il a fini par ouvrir un commerce de photocopie-reprographie dans le quartier Saint-Nicolas. « Et j’ai fait ma vie », résume ce père de trois filles. « Pour être tout à fait honnête, je considère que ça s’est fait sans problème. »

Et c’est parce que ses (ex ?) compatriotes arrivant aujourd’hui ne peuvent pas en dire autant que le discret commerçant vient de créer l’association France-Syrie Entraide (lire ci-dessous). Sans doute aussi parce qu’il retrouve chez eux la même soif d’intégration, et la même urgence de vivre en paix qui l’accompagnaient, lui, le jeune Nadim Chaghouri, il y a exactement… 30 ans.

Lysiane GANOUSSE

Source : L’Est Républicain

http://www.estrepublicain.fr/edition-de-nancy-ville/2016/07/18/nancy-refugie-syrien-il-y-a-30-ans

Du 21 au 23 Juillet 2016 – Festival « Syrien n’est fait…» à Paris

Site « Grands Voisins »
82 avenue Denfert Rochereau – 75014 Paris

Evénement Facebook

Du 21 au 23 Juillet 2016, l’Association de Soutien aux Médias Libres (ASML) invite la Caravane Culturelle Syrienne et les associations syriennes de Paris membres du collectifs CODSSY, à se réunir autour d’artistes, chercheurs et militants de la société civile syrienne qui se mobiliseront pour faire découvrir au public parisien une autre facette de la Syrie : celle de la plume et du pinceau.

Affiche-Syrien-NEst-Fait-Web

Pour cette première édition, ASML a choisi le site des « Grands Voisins », un projet alternatif d’occupation solidaire de l’hôpital Saint Vincent de Paul dans le 14ème arrondissement de Paris: 82 avenue Denfert Rochereau.

« Syrien n’est fait… » invite le public parisien à appréhender la richesse et la diversité de la production culturelle contemporaine syrienne à travers un large spectre d’activités : concerts, expositions, conférence, rencontre avec auteurs, projection de films, danse, stand d’artisanat.

————————————

Jeudi 21 Juillet

19h00 – Magasin – Conférence grand public – Guerre en Syrie : dynamiques et idées reçues                                    avec

Jetdi 21 juillet

20h- Extérieur/Lingerie

Vernissage expo et pot de l’amitié avec les intervenants et artistes de la Caravane Culturelle

————————————

Vendredi 22 Juillet

Ouverture de l’exposition Pergola

unnamed (4)

1001 Cartes est une exposition de dessins d’enfants, de leurs peintures murales collectives, marionnettes en tissu, masques, objets recyclés, etc.

Au-delà du simple témoignage sur leurs souffrances ou leurs aspirations, leurs créations rendent hommage au travail sur le terrain de personnes engagées dans transmission des valeurs d’entraide.

13h00 – 17h30 Discothèque

Projection de documentaire et film artistiques sélectionnés par la Caravane Culturelle, ASML et le Syrian Mobile Film Festival

16h00 – 18h00 Grand Salon – Stand VR- ASML

<> on September 3, 2014 in New York City.

ASML présentera, durant les 3 jours du festival, deux documentaires tournés en Syrie à 360°. Grâce aux casques de réalité virtuelle, le spectateur sera en immersion totale. Le public pourra plonger aux cœurs de la Syrie, aux côtés des équipes de secours des Casques Blancs dans le film « Le cauchemar de Nobel », et se mettre dans la peau d’un reporter de guerre syrien, en pleine activité sur le terrain, en visionnant « In their Press Vests », film co-produit avec l’UNESCO.

18h00 – Grand Salon – Rencontre avec auteurs

b84b9e3d-3f47-4ba8-ac54-dfa39b01c14b

f0b439ee-6ba7-43db-a13d-c581ed553a36

19h30 – Extérieur/Lingerie

Soirée danse traditionnelle syrienne – Dabké organisé par le Groupe 2 de  l’association Revivre

21h30 – Extérieur/Lingerie

Concert de rap syrien avec Osloob

————————————

Samedi 23 Juillet

13h00 à 15h00Atelier

Stand VR – ASML

15h-17h00 – Discothèque

Projection de documentaire et film artistiques sélectionnés par la Caravane Culturelle, ASML et le Syrian Mobile Film Festival

17h00 – Théâtre Verdure

Lecture poésie, Khouloud Al Zghayar, artiste membre de la Caravane Culturelle

A partir de 17h00 – Atelier

Rencontre avec auteurs du Conflit Syrien pour les Nuls, organisée par l’association Souria Houria

unnamed (8)

20h00 : Repas syrien préparé par la Caravane Culturelle

21h30 – Concert – Groupe syrien BAB ASSALEM

unnamed (9)Bab Assalam «la porte de la paix» est la rencontre de deux musiciens syriens, Khaled Aljaramani (Oûd et chant) et de son frère Mohanad Aljaramani (percussions et chant) avec un clarinettiste français, Raphaël Vuillard.

§§§§§§§§§§§§§§§§

Nos Partenaires

 

unnamed (10)

Le site des Grands Voisins. © Elena Manente

L’ancien hôpital Saint-Vincent-de-Paul, c’est un site de 3,4 hectares au cœur de Par des Grands Voisins. © Elena Manenteis du 14e arrondissement de Paris, entre Denfert-Rochereau, la Fondation Cartier et Port Royal. C’est aussi un ensemble de bâtiments construits à différentes étapes du développement de ce lieu fondé en 1650, qui dès le 18e siècle a eu pour vocation l’accueil orphelins, puis les soins apportés aux enfants.

Après sa fermeture en 2012, l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris a confié l’ensemble du site à l’association Aurore, spécialisée dans l’hébergement d’urgence et l’accueil de personnes vulnérables. En attendant que la Mairie de Paris n’y développer un nouveau quartier de ville en 2017, l’enjeu est d’utiliser le temps de vacance de ce site extraordinaire en proposant ou suscitant des usages audacieux et généreux et solidaires.

Caravane Culturelle Syrienne

Découvrir les œuvres d’artistes syriens contemporains transportés par la Caravane Culturelle Syrienne!

unnamed (11)

La Caravane culturelle syrienne, est née en 2014 de l’initiative d’intellectuels, appuyée par des associations syro-européens, dans le but de faire découvrir la société civile syrienne et de promouvoir l’art et la culture contemporains de ce pays.

Dans le cadre du festival  » Syrien n’est fait… » les artistes de la Caravane exposeront leurs œuvres et installations.

————————————

Venez à la rencontre des associations membres du collectif CODSSY, présents durant les 3 jours du festival

unnamed (12)

unnamed (13)

revivremodif

1663deff-6a48-4736-89a0-5319d760a3cf

Rencontre-conférence avec l’écrivain palestinien Mohammad Mousa Manasra

Rencontre-conférence avec l’écrivain et journaliste palestinien

Mohammad Mousa Manasra

En arabe, la traduction en français assurée

Jeudi 7 juillet 2016,   à 19h

لقاء مع الكاتب والصحفي المناضل الفلسطيني محمد موسى مناصرة

الخميس 7 تموز/يوليو 2016، الساعة السابعة مساء

محمد موسى مناصرة
تدعوكم جمعية روفيفر للقاء مع الكاتب والصحفي المناضل الفلسطيني محمد موسى مناصرة، حيث سيتكرم بإلقاء محاضرة يتلوها حوار أخوي حول مدى التقاطع بين القضيتين الفلسطينية والسورية،وذلك يوم الخميس 7 تموز/يوليو 2016، الساعة السابعة مساء في بلدية باريس الثانية/ على العنوان المذكور أدناه
L’Association Revivre vous invite à une rencontre-conférence avec l’écrivain et journaliste palestinien, Mohammad Mousa Manasra, qui nous parlera des questions palestinienne et syrienne

Jeudi 7 juillet 2016, à  à 19h

à la Mairie du 2ème arrondissement

العنوان
8, rue de la Banque
75002 Paris
Métro : Bource, Ligne 3

Réfugiés du Proche-Orient : 3 jours pour agir (Besançon)

Besançon du 6 au 9 juillet 2016

Université d’été des mouvements sociaux de la solidarité internationale

Réfugiés du Proche-Orient, syriens, palestiniens irakiens,

3 jours pour agir

Inscriptions en ligne sur: Voir programme/ module juste après l’affiche

http://www.universite-si.org/des-utopies-aux-alternatives-agissons-ensemble/s-inscrire/article/formulaire-d-inscription

1

Module jeudi 7, vendredi 8, samedi 9 juillet de 9h30 à 12h30

Réfugiés du Proche-Orient (Syriens, Palestiniens, Irakiens, etc.) : quels constats et quelles solidarités ?

Syrie, Palestine, Irak, des pays qui font la une des médias, mais qu’elle est la situation concrète vécue par les populations devenues réfugiés, Syriens, Palestiniens, Irakiens, qui ont fui les horreurs des guerres au Proche-Orient, ou encore l’épuration ethnique en 1948 et 1967, et comment les mouvements de solidarité peuvent-ils agir ?

Le module fera une place entière à l’analyse et aux témoignages directs sur la situation des réfugiés au Proche-Orient dans la diversité de leurs situations (quelles sont les populations de réfugiés, leurs histoires et les causes de leur exil, leurs statuts spécifiques et droits, leurs situations, etc.), ainsi qu’aux perspectives de soutien à leur apporter. Enfin, nous proposons que ce module aborde également les problématiques de l’accueil des réfugiés du Proche-Orient demandeurs d’asile en France et en Europe.

Ce sont des organisations de terrain qui interviendront dans ce module, toutes au plus près des problématiques, ainsi que des réfugiés syriens et palestiniens qui viendront du Proche-Orient témoigner de leur situation.

Partenaires du module :

Association France Palestine Solidarité (AFPS nationale, référente du module),

Association France Palestine Solidarité (AFPS de Besançon et de sa région), Association France Palestine Solidarité (AFPS Nord Franche-Comté)

Afran Saurel (Réfugiés palestiniens du Liban),

Plateforme des ONG françaises pour la Palestine (Réfugiés palestiniens), Medina (Intervention médicale en Syrie et à Gaza)

Relief and Reconciliation (Réfugiés syriens au Liban et déplacés en Syrie) Souria Houria (Réfugiés syriens en France)

Yalla ! Pour les enfants (Réfugiés syriens au Liban) Cimade (Besançon, Réfugiés en France),

Déroulé (durée du module 3x3h) :

Journée 1

Présentation générale de la situation des réfugiés au Proche-Orient (histoire, géo-politique, causes, statuts, situation sociale et économique, problèmes –politiques-humanitaires-violences subies, etc. Suivie d’un débat.

  • Nicolas Dot-Pouillard, chercheur au sein du programme Wafaw (When Authoritarianism Fails in the Arab World, European Research Council) et associé à l’Institut Français du Proche- Orient (IFPO Beyrouth), spécialiste des réfugiés palestiniens et du Proche-Orient,
  • Hélène Bourgon, journaliste indépendante, spécialiste de la Syrie et du Liban

 

  • Plateforme des ONG Françaises pour la Palestine, présentation de l’animation pédagogique

« vivre la Palestine », mise en œuvre espace jeux (12h30-14h30)

  • Cimade, Besançon présentation de l’animation pédagogique « Parcours de migrants », mise en œuvre espace jeux (12h30-14h30)

Journée 2

La situation concrète et les problèmes subis par les réfugiés au Proche-Orient, ainsi que les difficultés des organisations qui les soutiennent.

Suivi d’un débat.

  • Imad Abu Sombul, représentant des réfugiés palestiniens de Cisjordanie, ancien directeur de projet sur la coopération entre le camp de réfugiés d’Aqabat Jabr et Besançon
  • Leila El Ali, représentante de l’association Najdeh, qui œuvre auprès des femmes dans les camps de réfugiés palestiniens du Liban
  • Khalil Abou Salma, réfugié palestinien de Syrie du camp de Yarmouk (Damas), ancien porte- parole des associations de secours à Yarmouk
  • Franck Carrey, Medina (actions médicales en Syrie et à Gaza)
  • Charlotte Bertal, Yalla (éducation enfants réfugiés syriens au Liban)
  • Friedrich Bokern, Relief and reconciliation (aide psycho-sociale, éducation enfants syriens au Liban)

Journée 3

Comment agir pour les réfugiés du Proche-Orient, là-bas et ici ? Comment se mobiliser ?

Présentation de l’action et des propositions des associations partenaires du module, suivie d’une large place au débat.

  • Lamis Zolhof, Souria Houria, programmes d’accueil des réfugiés syriens en France
  • Charlotte Bertal, Yalla (éducation enfants syriens au Liban)
  • Friedrich Bokern, Relief and reconciliation (aide psycho-sociale, éducation enfants syriens au Liban)
  • Franck Carrey, Medina (actions médicales en Syrie et à Gaza)
  • Association France Palestine Solidarité (Groupe national de travail sur les réfugiés)
  • Imad Abu Sombul, représentant des réfugiés palestiniens de Cisjordanie, ancien directeur de projet sur la coopération entre le camp de réfugiés d’Aqabat Jabr et Besançon
  • Leila El Ali, représentante de l’association Najdeh qui œuvre auprès des femmes dans les camps de réfugiés palestiniens du Liban

Atelier vendredi 8 juillet 14h30-17h30 :

Réfugiés palestiniens, Agir : l’exemple de la coopération et du jumelage entre le camp de réfugiés d’Aqabat Jabr (Cisjordanie occupée) et Besançon

Depuis près de 70 ans, la situation des réfugiés palestiniens se pose de manière fondamentale pour le peuple palestinien en termes de droits politiques et en termes humanitaires, il est donc essentiel de réfléchir les formes de solidarité en tenant compte des deux aspects du problème.

Parmi les réfugiés provenant de Syrie et d’Irak on retrouve des réfugiés palestiniens, contraints une fois encore de fuir. Il y a 68 ans, 85 % de la population palestinienne était chassée de ses terres. L’absence de résolution de la question des réfugiés palestiniens a placé cette population dans une situation d’extrême précarité socio-économique et régulièrement de danger dans les pays d’accueil, Syrie, Liban, Irak, Jordanie, et Territoires palestiniens sous occupation. L’histoire des réfugiés palestiniens est faite d’exils à répétition.

Nous interrogerons les formes de solidarités avec les réfugiés palestiniens en partant de l’exemple de Besançon, qui s’est engagée depuis 2007 dans des projets de coopération et un jumelage avec un camp de réfugiés. Ce sera l’occasion de réfléchir à des perspectives concrètes pour agir, en France et au Proche-Orient. Il s’agira de montrer comment une coopération décentralisée avec un camp de réfugiés peut aboutir, d’envisager les formes qu’elle  peut  prendre,  mais  également  d’interroger  les  pratiques  de  la solidarité  avec les

réfugiés afin d’éviter le risque d’une « ONGisation » de cette question au détriment de sa dimension politique.

Partenaires de l’atelier :

Association France Palestine Solidarité (AFPS Besançon, référent de l’atelier), Association France Palestine Solidarité (AFPS nationale), Association France Palestine Solidarité (AFPS Nord Franche-Comté), Plateforme des ONG Françaises pour la Palestine, Service des Relations internationales de la Mairie de Besançon

Déroulé (durée de l’atelier 3h) :

Coopération et/ou jumelage, quel intérêt pour les réfugiés palestiniens, pour le mouvement de solidarité avec les Palestiniens, et pour les Collectivités territoriales ? La stratégie du développement pour la paix, une solution viable ou une mise à l’écart du problème politique ? Les réfugiés palestiniens, question fondamentale ou grands oubliés ?

  • Groupe travail réfugiés palestiniens de l’AFPS nationale, introduction de la problématique
  • AFPS Besançon initiatrice de la coopération et du jumelage Aqabat Jabr/Besançon
  • Service des Relations Internationales de la mairie de Besançon, projection d’une vidéo sur les projets de coopération avec le camp d’Aqabat Jabr
  • Imad Abu Sombul, représentant des réfugiés palestiniens de Cisjordanie et ancien directeur de projet sur la coopération entre Aqabat Jabr et Besançon
  • Sbeih Sbeih, chercheur palestinien en sociologie, enseignant à l’université de Birzeit (Palestine occupée), membre associé au Laboratoire Printemps (UVSQ) et à l’Institut Français du Proche- Orient (IFPO) : La construction d’un monde du développement dans les Territoires Palestiniens Occupés
  • Débat

 

La carte interactive de Paris destinée aux réfugiés

La première carte interactive de Paris, en 5 langues, destinée aux réfugiés, contenant toutes les informations nécessaires des services disponibles

أول خريطة تفاعلية  موجهة للاجئين، تحدد  مواقع الخدمات التي تهمهم:  توزيع الأطعمة والحمّامات العمومية ونقاط الانترنت وعناوين المكتبات ودورات اللغة الفرنسية وخدمات المشورة القانونية في باريس، صمّمتها طالبة في جامعة السوربون من أجل مساعدة اللاجئين

Welcome Map recense plusieurs centaines de spots parisiens utiles au quotidien des réfugiés: distributions de nourriture, douches et WC, cours de français, hotspots wifi… Une carte interactive créée par Blandine Richard, étudiante à la Sorbonne

Le lien du site رابط الموقع

http://www.streetpress.com/sujet/1466676097-welcome-map-carte-aide-refugies-paris
الخريطة التفاعلية بخمس لغات ومنها العربية، ولاختيار اللغة يكفي أن تفتح الرابط
http://welcomemap.fr/
تجد في الأعلى إلى اليمين أيقونة بلون أخضر فيها شكل يشبه الكرة الأرضية، يتم الضغط عليها لمعرفة اللغات، ثم تضغط على اللغة العربية، أو أي لغة أخرى تريدها
Pour choisir la langue dans la carte, appuyez sur le lien
http://welcomemap.fr/
vous trouvez en haut à  droite une icône couleur verte contenant la forme d’une planète, appuyez sur l’icône les langues apparaissent et vous en choisissez celle qui vous convient

Carte interactive Paris Réfugié

Photo: capture d’écran